Lettre ouverte aux Femen après la profanation de la crèche du Vatican

Publié le 28 Déc 2017
Lettre ouverte aux Femen après la profanation de la crèche du Vatican L'Homme Nouveau

Victor Feuillard est diplômé en Sciences politiques et en gestion. Il a enseigné en Seine-Saint-Denis parallèlement à des activités de conseil en stratégie et organisation. 

Chère Inna,
Chère Femen,

J’ai lu ici et là que pour avoir droit à ta part du Sauveur, tu as cru qu’il te fallait te saisir de la statuette de l’Enfant-Jésus le jour de Noël. J’admets, à l’instar d’autres, que faire admirer ta poitrine en plein hiver, quand bien même tu profitais de la clémence de décembre à Rome, n’est pas la meilleure idée qui te soit venue. C’est probablement un bon moyen d’attraper un sévère mal de gorge.

Je voulais surtout te dire que, si tu veux Jésus, tu n’as nul besoin de te précipiter de la sorte dans la première crèche venue. Tu sais, chaque année à Noël, l’Enfant-Dieu se donne au monde entier et par là même à chacun de nous qui le désire et l’attend. Il se fait petit et simple pour que nous puissions, malgré nos faiblesses et nos errements, parvenir jusqu’à lui, et même parvenir jusqu’aux pieds de la femme parfaitement libre, sa Mère. Je comprends que tu craignes que sa miséricorde te soit refusée, et que pour cela tu te saisisses de lui avec une si furieuse passion, mais je veux te rassurer, la nuit de Noël et les jours qui suivent, Dieu ne peut refuser de se donner aux femmes et aux hommes qui le désirent avec tant de force.

Et même au-delà de Noël, c’est chaque jour que tu peux venir le voir et lui réclamer de t’aimer. Sur chaque autel, tu peux l’implorer. À chaque tintement de cloche, tu peux l’appeler. Et tu n’es même pas obligée de le faire de façon aussi ostentatoire qu’à chaque fois que tu viens le défier, puisqu’Il t’entend même dans les murmures et les gémissements de ton âme. Entre donc dans une petite église, non pas une grande cathédrale ou une immense basilique, simplement une petite église, de celle que tu trouveras au coin d’une petite rue, et, avec toute ta sensibilité et ta douceur, cherches le prêtre qui saura te présenter à la Mère des hommes et à son Fils, et te donner ce Dieu qui ne cesse de t’aimer. Si la petite église ne te rassure pas, alors entre secrètement sous les voûtes d’un monastère, vois les ombres des moines et des moniales, et épanche ton cœur au creux du silence. Il ne te sera rien demandé, rien pris, tu donneras ce qui te meurtrit et recevras une couronne de fleurs bien plus éclatante que celles dont tu te pares.

Je voulais aussi te dire une autre chose. Il est important que tu saches que pour être vue et aimée, tu n’es pas obligée de te barioler le torse. Si des hommes t’ont dit que tu serais plus désirable une fois à demi-nue et taguée, tu n’aurais pas dû les croire, ce sont des menteurs et des sadiques. De ceux qui justement te violentent. De ces porcs qui sifflent la libération de la femme et qui, par ailleurs, t’enferment dans des schémas plus avilissants que tous les machismes ordinaires. Alors, prends garde à qui susurre des conseils et des idées aux détours de ton cœur. Tu mérites mieux que ce que tu crois.

Alors, Chère Inna, Chère Femen, l’an prochain, j’espère bien te croiser dans la crèche, aux côtés des bergers et des mages, couronnée de fleurs. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneTribune libreThéologie

Abbé Barthe : Marie toujours vierge, racine de la vie consacrée et du mariage

Professeur de théologie systématique à l’Université Sainte-Marie de Twickenham (Londres) et à la Faculté de théologie de Lugano (Suisse), le Père Serafino Maria Lanzetta rappelle dans Semper Virgo l’importance pour la vie chrétienne de la virginité de Marie. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur, nous publions ici des extraits de la postface de l’abbé Claude Barthe.

+

marie semper virgo
Tribune libreDoctrine socialePhilosophie

Législatives : « Il faut exorciser l’âme de la France »

Tribune de Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie | À la suite à la dissolution surprise de l'Assemblée nationale en France, Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie,  revient sur l'épisode de la constitutionnalisation de l'avortement qui a marqué d'une tache indélébile la France et la législature qui s'achève. Il montre combien cette modification de la constitution dévoile la nature du régime actuel et son lien intime avec ses origines historiques révolutionnaires. 

+

âme France
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode soins palliatifs euthanasie
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson