L’exposition : Germaine Richier, une artiste inclassable

Publié le 25 Mar 2023

Germaine Richier, Le Cheval à six têtes, grand, 1955 Bronze, 103 x 110 x 44 cm © Adagp, Paris 2023 © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Audrey Laurans/Dist. RMN-GP

À Paris, au Centre Pompidou, l’artiste-sculpteur Germaine Richier (1902-1959) est à l’honneur. Peu connue du grand public, elle fut pourtant la première femme à être exposée de son vivant au Musée d’Art Moderne en 1956.

Au départ celle pour qui Seul l’humain compte réalise une œuvre accessible car figurative et assez « classique ». La série de portraits (réalisés pour la plupart entre 1920 et 1930), bien présentée, qui accueille le visiteur, en témoigne. Puis, lors de son exil en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, une rupture s’opère. Bouleversée par les noirceurs de l’époque, cette ancienne élève des Beaux-Arts de Montpellier venue se former dans l’atelier de Bourdelle à Paris, va représenter des corps déformés, écorchés. « Notre époque est pleine de griffes », dit-elle. L’homme qui marche (1945) est un personnage inquiétant et douloureux, qui semble porter les blessures de combats guerriers (crâne troué d’une balle, nez cassé, œil exorbité). Ailleurs ce sont des insectes qu’elle compare aux corps humains, réalisant des sculptures originales, assez impressionnantes (La Mante, 1946, Le cheval à six têtes, 1955). Plus loin, son Don Quichotte (1950-1951) très stylisé est nettement plus rassurant.

Dans les années 1950, alors qu’on lui commande un Christ pour l’église du plateau d’Assy en Savoie, un scandale éclate. Sa sculpture extrêmement épurée semble inspirée par ces versets des textes d’Isaïe : « La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme » (Is 25, 14). Mais cette forme d’expression choque, on y voit même une sorte de blasphème. Le Christ est alors relégué dans la chapelle des morts jusqu’en 1969 où il retrouve sa place d’origine dans le chœur de l’église. Cette œuvre, prêtée exceptionnellement par le diocèse d’Annecy, est présentée pour la première fois dans un musée avec beaucoup de respect. Aujourd’hui notre regard a évolué. On peut ne pas être sensible à cette forme d’expression très dépouillée, presque abstraite, sans y trouver un caractère offensant, ce qui n’était certainement pas l’intention du sculpteur.

Cette artiste inclassable, femme au tempérament affirmé mais nullement féministe, meurt à 57 ans des suites d’un cancer, réalisant à la fin de sa vie des œuvres colorées avec parfois la collaboration de ses amis peintres Viera Da Silva ou Zao Wou-Ki.

Une œuvre souvent tourmentée présentant de belles réussites plastiques !

Jusqu’au 12 juin 2013. Centre Pompidou, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris. Tél. : 01 44 78 12 33. Ouvert du mercredi au lundi de 11 h à 21 h et jusqu’à 23 h le jeudi. Fermé le mardi.

L’exposition sera ensuite présentée du 12 juillet au 5 novembre 2023 au musée Fabre de Montpellier, dans les lieux mêmes où Germaine Richier a fait ses premiers pas d’artiste.

Catalogue : Germaine Richier, sous la direction d’Ariane Coulondre assistée de Nathalie Ernoult, Éd. Centre Pompidou avec la participation scientifique du musée Fabre, 304 p., 45 €.

Céline Vicq

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote