L’exposition I Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

Publié le 05 Nov 2022

Edvard Munch, Mélancolie,1894-1896, Huile sur toile, 81x101 cm. Bergen,KODE Art Museums and ComposerHomes.©Dag Fosse / KODE.

Au musée d’Orsay, une impressionnante rétrospective du peintre norvégien Edvard Munch (1863-1944) est donnée à découvrir. Ainsi, le grand public pourra constater que cet artiste qui fut, en son temps, reconnu en Scandinavie, n’est pas seulement le créateur du fameux Cri.

Dès l’entrée, de beaux portraits d’une de ses sœurs (Inger en noir et violet, 1892 et Nuit d’été. Inger sur la plage, 1889) témoignent de ses qualités de coloriste. La facture de sa peinture est faite de couches fluides et ses fonds ont un aspect non fini. A-t-il vu des toiles de Berthe Morisot lors de sa venue en France ? On pourrait le penser.

Sur son Autoportrait à la cigarette (1895) où la lumière éclaire son visage et sa main, il semble regarder le visiteur. Le fond de cette œuvre comporte de belles teintes bleues, vertes, mauves réalisées dans un jus léger et gratté, une technique qui surprend les amateurs d’art de sa génération.

Ses thèmes sont souvent tragiques. Ce fils de médecin a perdu sa mère très jeune, puis une de ses sœurs. La tuberculose emporte tant de personnes à cette époque. La maladie et la mort l’obsèdent comme en témoigne le touchant tableau de L’Enfant malade, 1896.

Une femme vêtue de noir, douloureuse, à genoux, se penche devant sa fille. Celle-ci assise dans son lit, vue de profil montre un visage maigre, blanc et fatigué, elle regarde sa mère qui tient une de ses mains. Que de peine dans cette représentation aux couleurs splendides !

Ses réalisations portent aussi l’influence de ses rencontres en Allemagne avec le groupe « Die Brücke » avec lequel il partage une vision assez morbide de la vie.

Ses relations avec les femmes semblent être difficiles, partagées entre fascination et rejet. Il a une conception de l’amour très passionnelle. Ses représentations de femmes fatales à la chevelure envahissante le manifestent (Vampire, 1895).

Il reprend souvent les mêmes thèmes à travers le temps, qu’il traite en gravure ou lithographie rehaussée d’aquarelle ou de gouache. Pour les approfondir ? Ou par obsession ? Peut-être aussi pour des raisons commerciales car c’est une façon de diffuser son art et de gagner sa vie puisque les gravures sont beaucoup plus accessibles que les peintures.

Une œuvre tourmentée, émouvante à ses débuts, à la ligne sinueuse et aux couleurs de plus en plus stridentes !

 

Musée d’Orsay, Esplanade Valéry Giscard d’Estaing, 75007 Paris. Tél. : 01 40 49 48 14. Ouvert Ma., Mer., Ven., Sam., Dim., de 9h30 à 18h00, jeudi de 9h30 à 21h45. Fermé le lundi. Jusqu’au 22 janvier 2023.

Catalogue : Munch, sous la direction de Claire Bernardi, Éd. Musée d’Orsay/RMN, 2022, 257 p., 45 euros.

Photo : Edvard Munch, Mélancolie,1894-1896, Huile sur toile, 81×101 cm. Bergen,KODE Art Museums and ComposerHomes.©Dag Fosse/KODE.

Céline Vicq

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
CultureLectures

Guerre, propagande et politique

Lectures | Deux livres rédigés par d'anciens militaires et s'intéressant à la propagande dans le contexte de la guerre en Ukraine viennent de paraître. Il s'agit de L’Art de la guerre russe, par Jacques Baud, ancien membre du renseignement stratégique suisse, et de La Guerre en Ukraine, par Jacques Hogard, ancien officier français reconverti dans l’intelligence stratégique.

+

propagande
Culture

Concours Jeunes Talents 2024

Pour la sixième année, L’Homme Nouveau ouvre ses colonnes aux jeunes talents et organise son désormais traditionnel concours d’écriture. Les lauréats seront publiés dans le numéro d’été et recevront en cadeau abonnements et livres de nos éditions. Chaque participant bénéficiera d‘un mois d’abonnement gratuit au site de L’Homme Nouveau.

+

concours jeunes talents 2024
CulturePatrimoine

« Raconte-moi la France », un voyage épique à travers les siècles 

Focus | Le nouveau spectacle itinérant de Bruno Seillier, Raconte-moi la France, débutera en octobre 2024 à Clermont-Ferrand, avant de poursuivre sa tournée dans toute la France pendant plusieurs années. Un million de spectateurs sont espérés en cinq ans, avec 200 dates d’une tournée programmée dans 17 villes différentes. Raconte-moi la France se déploiera sur plus d’une heure quarante-cinq et mettra en scène plus de 90 comédiens, cavaliers, danseurs et cascadeurs sur le plateau artistique.

+

Raconte-moi la France