L’exposition | Léon Spilliaert, lumière et solitude

Publié le 21 Nov 2020
L'exposition | Léon Spilliaert, lumière et solitude L'Homme Nouveau

Quel univers étrange que celui de l’artiste Léon Spilliaert, silencieux, solitaire, presque sans couleurs. Ses dessins au cadrage japonisant ont quelque chose d’angoissant et d’angoissé. Ils sont d’une grande tristesse et reflètent le spleen des symbolistes. À Paris, le musée d’Orsay a choisi de présenter les œuvres des quatre premières décennies de sa création. Travaillant sur papier avec de l’encre de chine diluée à l’eau, la mine de plomb, le fusain et quelques crayons de couleurs, il réalise cependant des œuvres originales et fortes. Ainsi la belle Plage à marée basse (1909) où le dessin est réduit au minimum avec au premier plan une flaque d’eau de mer arrêtée par le sable vaseux et noir tandis qu’à l’horizon la lumière se maintient sur la mer lointaine. Ses personnages sont souvent seuls, vus de dos et semblent regarder au loin comme la Femme de pêcheur sur le ponton (1909). Elle paraît attendre le retour du bateau de son mari. 

Ce fils d’un marchand de parfum de luxe d’Ostende en Belgique s’est passionné très tôt pour le dessin. Il a brièvement suivi une formation artistique à l’Académie des Beaux Arts de Bruges (trois mois) et s’est formé au contact d’un collectionneur et libraire bruxellois Edmond Deman. Il s’enthousiasme pour la philosophie mais aussi pour la poésie, devenant ami avec Émile Verhaeren (1855-1916) qui fait parti de ces premiers soutiens et collectionneurs. En 1916, il se marie avec Rachel Vergison et la couleur viendra plus souvent éclairer son art mais c’est un autre sujet.

Jusqu’au 10 Janvier 2021. Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris. Tél. : 01 40 49 48 14. En application des directives gouvernementales, le musée d’Orsay restera fermé jusqu’à nouvel ordre. Ouverture de 9h30 à 18h le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche de 9h30 à 21h45 le jeudi. Fermeture tous les lundis et le 25 décembre.

Catalogue : Léon Spilliaert (1881-1946), Lumière et solitude, sous la direction de Anne Adriaens-Pannier et de Leïla Jarbouai, éd. Musée d’Orsay-RMN Grand-Palais, 206 p., 39 e. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Augusto del Noce, un penseur pour notre temps

Culture | "Analyse de la déraison", qui vient de paraître en français, permettra-t-il enfin à Augusto Del Noce (1910-1989) d’être reconnu chez nous, comme il l’est en Italie ? Que le lecteur potentiel ne soit pas rebuté par la longueur de cet ouvrage. Il en sera récompensé en découvrant un des penseurs les plus originaux de ce temps.

+

del noce
A la uneCulture

L’exposition : Des samouraïs aux mangas. L’épopée chrétienne au Japon

Les Missions étrangères de Paris proposent jusqu'en juillet une rétrospective de l'évangélisation du Japon depuis le XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui. L’histoire de cette « épopée » est présentée de façon chronologique. Soulignant les aspects contrastés de cette évangélisation, le parcours montre dans ces premiers siècles des périodes d’« expansion rapide aux effets bénéfiques » auxquelles succèdent de terribles répressions.

+

japon
CultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie