L’Imitation de Jésus-Christ : éviter les jugements téméraires

Publié le 02 Fév 2014
L'Imitation de Jésus-Christ : éviter les jugements téméraires L'Homme Nouveau

Dimanche après dimanche, nous continuons la publication de L’Imitation de Jésus-Christ, ce grand classique de la spiritualité chrétienne. Au chapitre 14 du Livre premier, l’auteur invite son lecteur à « Eviter les jugements téméraires, et ne se point rechercher soi-même ». Un conseil aussi vrai hier qu’aujourd’hui.

Ne pas juger les autres

Tournez les yeux sur vous-même, et gardez-vous de juger les actions des autres.
En jugeant les autres, l’homme se fatigue vainement; il se trompe le plus souvent, et commet beaucoup de fautes; mais en s’examinant et se jugeant lui-même, il travaille toujours avec fruit.
D’ordinaire nous jugeons les choses selon l’inclination de notre coeur, car l’amour-propre altère aisément en nous la droiture du jugement.
Si nous n’avions jamais en vue que Dieu seul, nous serions moins troublés quand on résiste à notre sentiment.

La recherche de soi-même

Mais souvent il y a quelque chose hors de nous, ou de caché en nous, qui nous entraîne.
Plusieurs se recherchent secrètement eux-mêmes dans ce qu’ils font, et ils l’ignorent.
Ils semblent affermis dans la paix lorsque tout va selon leurs désirs; mais éprouvent-ils des contradictions, aussitôt ils s’émeuvent et tombent dans la tristesse.
La diversité des opinions produit souvent des discussions entre les citoyens, et même entre les religieux et les personnes dévotes.

S’appuyer sur le Christ

On quitte difficilement une vieille habitude, et nul ne se laisse volontiers conduire au-delà de ce qu’il voit.
Si vous vous appuyez sur votre esprit et sur votre pénétration plus que sur la soumission dont Jésus-Christ nous a donné l’exemple, vous serez très peu et très tard éclairé sur la vie spirituelle: car Dieu veut que nous lui soyons parfaitement soumis, et que nous nous élevions au-dessus de toute raison par un ardent amour.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place