L’Imitation de Jésus-Christ, livre premier, chapitre I

Publié le 03 Nov 2013
L'Imitation de Jésus-Christ, livre premier, chapitre I L'Homme Nouveau

À partir de ce 3 novembre 2013, nous proposons L’Imitation de Jésus-Christ, dans la belle traduction de l’abbé Félicité de Lamennais. Nous publions aujourd’hui le premier chapitre du Livre premier. Celui-ci s’intitule : « Avis utiles pour entrer dans la vie intérieure ». Ce premier chapitre est titré : « Qu’il faut imiter Jésus-Christ, et mépriser toutes les vanités du monde ». Classique de la vie spirituelle, datant du XVe siècle, L’Imitation de Jésus-Christ est généralement attribuée au moine hollandais Thomas a Kempis.

1. Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres, dit le Seigneur. Ce sont les paroles de Jésus-Christ, par lesquelles il nous exhorte à imiter sa conduite et sa vie, si nous voulons être vraiment éclairés et délivrés de tout aveuglement du coeur.?Que notre principale étude soit donc de méditer la vie de Jésus-Christ.
2. La doctrine de Jésus-Christ surpasse toute doctrine des Saints: et qui posséderait son esprit y trouverait la manne cachée.?Mais il arrive que plusieurs, à force d’entendre l’Evangile, n’en sont que peu touchés, parce qu’ils n’ont point l’esprit de Jésus-Christ.?Voulez-vous comprendre parfaitement et goûter les paroles de Jésus-Christ ? Appliquez-vous à conformer toute votre vie à la sienne.
3. Que vous sert de raisonner profondément sur la Trinité, si vous n’êtes pas humble, et que par-là vous déplaisez à la Trinité ??Certes, les discours sublimes ne font pas l’homme juste et saint, mais une vie pure rend cher à Dieu.?J’aime mieux sentir la componction que d’en savoir la définition.?Quand vous sauriez toute la Bible par coeur et toutes les sentences des philosophes, que vous servirait tout cela sans la grâce et la charité ??Vanité des vanités, tout n’est que vanité, hors aimer Dieu et le servir lui seul.?La souveraine richesse est de tendre au royaume du ciel par le mépris du monde.
4. Vanité donc, d’amasser des richesses périssables et d’espérer en elles.?Vanité, d’aspirer aux honneurs et de s’élever à ce qu’il y a de plus haut.?Vanité, de suivre les désirs de la chair et de rechercher ce dont il faudra bientôt être rigoureusement puni.?Vanité, de souhaiter une longue vie et de ne pas se soucier de bien vivre.?Vanité, de ne penser qu’à la vie présente et de ne pas prévoir ce qui la suivra.?Vanité, de s’attacher à ce qui passe si vite et de ne pas se hâter vers la joie qui ne finit point.
5. Rappelez-vous souvent cette parole du Sage: L’oeil n’est pas rassasié de ce qu’il voit, ni l’oreille remplie de ce qu’elle entend.?Appliquez-vous donc à détacher votre coeur de l’amour des choses visibles, pour le porter tout entier vers les invisibles, car ceux qui suivent l’attrait de leurs sens souillent leur âme et perdent la grâce de Dieu.

Pour ceux qui désirent lire ce texte à la suite, dans une véritable édition, nous recommandons la belle édition réalisée par  Traditions monastiques

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseLiturgie

Le Royaume des Cieux, donné par grâce

La parabole des ouvriers de la onzième heure, dans l’évangile de ce dimanche du Missel de 1970, souligne la gratuité du Royaume de Dieu, bonheur éternel reçu sans compter les mérites de chacun, tandis que dans le Missel de 1962, le Christ rappelle la primauté du premier commandement.

+

Le Royaume des Cieux, donné par grâce