L’Immaculée, rédemptrice de notre virginité

Publié le 08 Déc 2023
marie Immaculée conception virginité

Murillo, 1678, musée du Prado.

Le mystère de l’Immaculée Conception, s’il est une lumière pour les âmes pures, peut être perçu comme un paradis perdu par ceux qui ont hélas perdu la virginité de leur cœur. Mais Marie ne saurait-elle pas, par son innocence absolue, racheter la nôtre ?

 

Marie, une privilégiée inimitable ?

Parler du mystère de l’Immaculée Conception demande nécessairement de trouver un positionnement juste entre deux approches extrêmes. La première consiste à faire de Marie une femme comme une autre, pécheresse, elle aussi ; ce qui présente le double avantage de maintenir l’universalité de la Rédemption, et de trouver dans la Vierge un modèle imitable en tout, y compris sa lutte contre le mal.

La seconde approche fait d’elle une créature extraordinaire, quasi-divine, au point de nier qu’elle ait eu part à la Rédemption : elle se retrouve placée ainsi sur un tel piédestal qu’il devient bien difficile pour le pauvre pécheur, accablé par ses fautes, de voir en elle une Mère aimante.

La voie médiane reconnaît en Marie une créature unique, parfaite, sans tâche, non qu’elle n’ait pas eu besoin de la Rédemption, mais parce que la Rédemption lui a été appliquée dans la même mesure que la grâce qui remplit son âme : dans une mesure telle qu’elle est préservée du péché originel, par anticipation des mérites que son Fils lui acquerra quelques 45 ans plus tard…

Du fait que ce privilège de Marie découle de la Rédemption, le chrétien, racheté par le Sang de son Fils, voit en elle la première-née des bénéficiaires de cette œuvre salvifique, de la même manière que « le Christ est le premier-né de toute la Création » comme l’explique saint Paul aux Colossiens (Col 1, 15). Elle est donc le modèle absolument parfait de toute créature, celle que tous devront imiter pour avoir part au bonheur du Ciel.

 

Est-ce vraiment d’indulgence que mon âme a soif ?

Une ombre cependant parait sur ce tableau : si l’innocent enthousiasme des enfants voit naturellement en Marie celle qui, telle l’étoile des orages, les guide vers le Ciel, si cet enthousiasme demeure intact dans les âmes de bon nombre de saints que la souillure de l’impureté n’a jamais atteinte, ceux qui ont perdu l’éclat de leur virginité peuvent se trouver indignes de cet amour maternel immaculé. Ils se réfugient plus volontiers dans l’imitation d’un saint pénitent, à l’instar de saint Augustin ou de sainte Marie-Madeleine.

La raison en est qu’il paraît bien plus probable d’obtenir l’indulgence chez ceux qui nous ont précédés dans la dure voie de la chute et du repentir que chez ceux qui ne l’ont jamais empruntée… Mais est-ce vraiment l’indulgence qu’il faut attendre de Marie ? L’indulgence est la facilité à excuser, littéralement à mettre hors de cause. Mais le mal que j’ai commis, même si je désire de tout mon être qu’il n’ait jamais eu lieu, est bien réel ; le nier ne m’aidera pas à remonter la pente de la sainteté.

 

Bien plus belle que l’indulgence, la réponse de l’innocence

Dans le Journal d’un curé de campagne, Bernanos place ces mots merveilleux sur les lèvres du curé de Torcy :

« Le regard de la Vierge est le seul regard vraiment enfantin, le seul vrai regard d’enfant qui se soit jamais levé sur notre honte et notre malheur. Oui mon petit, pour la bien prier, il faut sentir sur soi ce regard qui n’est pas tout-à-fait celui de l’indulgence, car l’indulgence ne va pas sans quelque expérience amère, mais de la tendre compassion, de la surprise douloureuse, d’on ne sait quel sentiment encore, inconcevable, inexprimable, qui la fait plus jeune que le péché, plus jeune que la race dont elle est issue… »

Le fruit de l’innocence de la Vierge, cette vertu merveilleuse pour le pécheur repentant, c’est la clémence, celle que l’on chante à la fin du Salve Regina… La clémence permet à celle qui détient l’autorité de pardonner les offenses et d’adoucir les châtiments. Plus question donc de nier ou d’amoindrir l’ignoble réalité du mal que j’ai commis, mais, et c’est là le privilège de Marie, médiatrice de toutes grâces, de faire descendre la miséricorde divine tout au fond du gouffre boueux dans lequel je me suis enfoncé, pour guérir mon âme, m’arracher au mal et me donner l’incroyable grâce de pouvoir, à nouveau et mieux qu’avant, aimer.

 

>> à lire également : L’amnistie, le séparatisme catalan et le chaos constitutionnel en Espagne

Chanoine Baudouin Chaptal +

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Le diocèse de Bayonne sous surveillance

Le 27 mai dernier, monseigneur Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, annonçait dans un communiqué officiel une nouvelle « visite fraternelle » de Mgr Antoine Hérouard, archevêque de Dijon, pour rencontrer l’évêque mais aussi ses collaborateurs clercs et laïcs ainsi que ceux qui exercent des responsabilités diocésaines. Lorsque le Vatican reçoit un certain nombre de plaintes, il peut en effet demander une visite « extraordinaire », « fraternelle » ou bien « apostolique » dans un diocèse. 

+

bayonne
EgliseMagistère

Credo : Un antidote à la confusion doctrinale

Initiatives chrétiennes | Lors d’un récent séjour en France, Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, est venu présenter l’édition français de son dernier livre, Credo. Compendium de la Foi catholique [1]. Lors de son passage dans les locaux de L’Homme Nouveau, il a expliqué les raisons cruciales de cette publication.

+

credo
EglisePatrimoine

Saint-Saturnin de Merville, une restauration exemplaire

Initiatives chrétiennes | C'est grâce à une association dynamique qu'une église de la région de Toulouse est en train d'achever sa remise en état, avec la restauration d'une grande peinture. Un modèle à suivre, avec des fonds provenant des adhérents mais aussi de généreux dona-teurs, une vraie vie paroissiale, un patrimoine mis en valeur, une communication efficace et des acteurs locaux dévoués. Entretien avec Laurent Toffanello, trésorier-adjoint de l’association « les Amis de Saint-Saturnin » et responsable du suivi de la restauration.

+

saint-saturnin
EgliseLiturgie

Le Grand Sacre d’Angers fête les 10 ans de son renouveau !

Avec une tradition remontant à près de huit siècles, le Grand Sacre rassemblait chaque année des dizaines de milliers de croyants. Des fidèles, des clercs et des personnalités politiques défilaient en procession dans les rues d'Angers pour vénérer le Très Saint Sacrement. Cette ancienne tradition avait été abandonnée après le concile Vatican II, mais en 2013, la Fraternité Saint Pie X l'a relancée.

+

adoration saint sacrement mission grand sacre
EgliseLiturgie

Le temps du Sacré Cœur

L'esprit de la liturgie | Dévotion ancienne, célébrée par saint Jean Eudes, confirmée par les apparitions de sainte Marguerite-Marie, développée et soutenue par les papes, le culte du Sacré Cœur fut finalement officialisé par une fête, célébrée après la fin du Temps pascal.

+

sacré cœur