Louis-Marie Grignion de Montfort : l’homme de la croix (1/3)

Publié le 29 Mai 2023
Louise-Marie Grignion de Montfort

Peu de saints ont su mieux que Louis-Marie Grignion de Montfort le prix du salut. Au long d’une vie remplie d’épreuves, d’échecs et d’avanies de toutes sortes, il n’a cessé de les considérer comme le moyen d’imiter le Christ et sa Passion et de participer au rachat des âmes. Le père de Montfort est de ces saints dont on dit, et c’est exact, qu’ils sont splus admirables qu’imitables ». N’ayant jamais suivi « les voies ordinaires » de la vie chrétienne et de la sanctification, ce que son directeur de conscience lui reprochait, sans comprendre que ce choix n’était pas celui de son dirigé mais celui de la Providence, il effraie à force d’austérités, privations, pénitences. Il y a chez lui, à l’occasion, une démesure qui le ferait passer pour fou si cette folie n’était celle de Dieu dont la sagesse échappe aux sages selon le monde. C’est dans ce mystère de la Sagesse divine qu’il faut entrer pour comprendre l’enseignement de ce missionnaire passionné qui sillonna les routes de l’Ouest afin de prêcher Jésus et Jésus crucifié. La souffrance, la Croix nous répugnent. Il n’en va pas de même des saints. Grand lecteur de Bernard de Clairvaux, l’une des sources de sa piété mariale, le père de Montfort dirait volontiers comme lui que « le Calvaire est le rendez-vous des amoureux », le seul endroit, en vérité, où l’âme éprise du Christ puisse le rejoindre et entrer dans l’intimité du Sauveur. Et qu’importe que le prix à payer pour cela paraisse exorbitant aux tièdes ! Cette certitude, Louis-Marie Grignion l’acquiert dès sa tendre enfance ; confronté aux souffrances de la vie, il y voit l’escalier menant au Ciel, jusqu’à en faire ses délices quand les autres n’y voient qu’amertume. Aîné, du fait de la mort d’un premier garçon, d’une fratrie de 18 enfants, Louis-Marie, né le 31 janvier 1773, n’a pas 5 ans lorsque, confronté aux emportements d’un père coléreux et brutal, il explique à sa mère en larmes que Dieu lui a fait, en lui donnant pareil époux, une grâce de choix. Ce langage, il le tiendra toujours à ses proches malheureux, telle sa sœur Louise, que la pauvreté familiale prive de dot pour entrer en religion, lâchée par des bienfaiteurs inconstants, chassée de son couvent : « Heureuse, mille fois heureuse Louise Grignion si elle est délaissée, méprisée, rejetée »… Ce qui ne l’empêche pas, d’ailleurs, de se démener pour faire admettre la jeune…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne