Messe traditionnelle : prendre garde à ne pas étouffer la flamme

Publié le 08 Juin 2023
messe traditionnelle

Crédit : Notre-Dame de Chrétienté

À propos de la tribune de Jean Bernard dans La Croix sur le succès du pèlerinage de Chartres.

 

Les analyses fort intéressantes de Jean Bernard, collaborateur de La Nef, dans La Croix du 6 juin 2023, « Le pèlerinage de Chartres est devenu le symbole d’un mouvement de fond », s’achèvent sur une manifestation de ce réflexe, à notre avis fâcheux, visant en quelque sorte à circonscrire tout incendie qui risquerait de mettre en péril l’ordre établi, conciliaire en l’espèce.

Il est clair que l’intérêt des médias catholiques officiels et les autres médias, y compris télévisés, pour le succès du récent pèlerinage de Pentecôte à Chartres organisé par ND de Chrétienté, montre une prise de conscience (très tardive) d’une situation depuis longtemps évidente : alors que l’institution ecclésiale, en France spécialement, est exsangue, un ensemble de conservateurs (au sens que Yann Raison du Cleuziou donne à ce terme : catholiques qui conservent et continuent à transmettre), comme la Communauté Saint-Martin, la Communauté de l’Emmanuel, ainsi que le monde traditionnel plus que jamais vivant, progressant, missionnaire et montrant une résistance étonnante.

Ce dernier, bien plus nettement que les autres, s’est constitué et a progressé contre un appareil ecclésiastique qui a tout fait pour le réduire, non seulement dans le domaine de la liturgie anté-conciliaire, mais aussi du catéchisme, des écoles catholiques.

De manière très paradoxale, invoquant l’instinct de la foi pour assurer une transmission, un monde tridentin s’est affranchi pour une part de cadres ecclésiastiques qui gardaient une forme centralisatrice et autoritaire plus que jamais tridentine, mais comme une coquille vide d’où avait été évacuée la substance tridentine, et même grégorienne (de la réforme grégorienne), celle, pour faire bref, de l’idéal de chrétienté.

Et si Rome a accordé en 1984, 1988, en 2007 surtout, des reconnaissances officielles d’existence à ce monde traditionnel, via la liturgie qu’il avait conservée, c’est, il faut bien le dire, au terme d’un rapport de forces toujours plus favorable, grâce à l’intelligence de Joseph Ratzinger qui s’est en somme accordé à la résilience, comme on dit aujourd’hui, de Marcel Lefebvre.

Le succès de Chartres, entre autres, montre que la tentative par Traditionis custodes de reprendre ce qui avait été accordé, et qui avait permis une nouvelle progression de la liturgie, traditionnelle, a échoué. C’est désormais un fait acquis, insiste à juste titre Jean Bernard en appuyant sur ce qui fait mal :

« La question n’est donc plus de savoir si et quand la messe traditionnelle sera définitivement remplacée par le missel de 1969. Comme l’ont confirmé avec clarté les résultats du sondage commandé par La Croix relatif aux orientations des jeunes catholiques de France, non seulement la messe traditionnelle ne va pas disparaître mais tout porte à croire qu’elle va continuer à croître, en terme absolu mais surtout en terme relatif, compte tenu de l’attrition progressive d’un certain nombre de paroisses de rite ordinaire. »

Et, se mettant en quelque sorte dans la tête de Rome et des évêques, il relève les deux défis de cette vague de fond que le pèlerinage de Chartres symbolise, celui de l’unité des fidèles et celui de la postérité du concile Vatican II en matière liturgique.

Pour l’unité : l’idée force de Traditionis custodes a été, dit-il justement, d’isoler les fidèles traditionnels des paroisses, et ils sont devenus, comme c’est logique, encore plus ingérables puisqu’on se refusait de les gérer. Qui plus est, cette politique a fait encore baisser le nombre d’entrée dans les séminaires (et, on oublie de le dire, les rentrées du denier du culte) et a provoqué au contraire un recrutement plus important dans toutes les communautés traditionnelles.

« L’urgence commande donc, à rebours de l’orientation adoptée par Rome, de ramener la messe traditionnelle dans le giron des diocèses et de permettre à nouveau largement sa célébration par les prêtres diocésains, concurremment avec les prêtres des instituts traditionalistes. » C’est parler d’or. Jean Bernard pourrait ajouter que cela dynamisera plus encore le succès de la liturgie traditionnelle et « tout ce qui va avec », selon l’expression de Mgr Brouwet, formation théologique des séminaristes, catéchisme des enfants.

Sur quoi notre analyse diffère de celle du chroniqueur de La Nef : la croissance et l’« intégration » dans les cadres officiels de la liturgie traditionnelle préparera, au terme sans doute de bien des crises et conflits, une restauration de l’unité perdue, mais pas au bénéfice de la nouvelle ecclésiologie. Reprendre la politique de Summorum Pontificum, forcément sur une plus grande échelle, ce sera, bon gré mal gré, réinstaller la doctrine d’avant avec la liturgie d’avant. D’ailleurs, si le motu proprio Traditionis custodes s’avère être un échec pratique, il partait d’un constat très juste : l’ancienne lex orandi correspond à une ancienne lex credendi, et inversement la nouvelle lex orandi…

De sorte que la conclusion de Jean Bernard qui propose gentiment de réformer un tantinet le missel tridentin (adopter le lectionnaire de Paul VI et faire chanter le Pater par les fidèles) pour que, symboliquement, tout en restant tridentin, il reçoive « les inspirations de Vatican II, de sorte qu’il ne pourrait plus lui être reproché d’ignorer ce dernier concile », escamote le fond du débat ouvert depuis la première expression de non-réception du missel nouveau qu’a été le Bref Examen critique signé par les cardinaux Ottaviani et Bacci : ce missel nouveau contient, au minimum, des omissions ou des édulcorations extrêmement dommageables concernant la doctrine du sacrifice de la messe, de l’adoration de la présence réelle, de la spécificité du sacerdoce hiérarchique.

S’il y a donc un missel à réformer – peut-être progressivement par un processus intelligent de « réforme de la réforme » – c’est évidemment le missel nouveau.

C’est cela qu’il faut entendre dans le mouvement de fond dont le pèlerinage de Chartres est le symbole. Mais ni du pèlerinage, ni de la liturgie tridentine qui en est la spécificité, il ne faut éteindre l’esprit.

 

A voir également : Chartres 2023 : ces bénévoles qui rendent possible un si grand pèlerinage

Abbé Claude Barthe +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneTribune libreThéologie

Abbé Barthe : Marie toujours vierge, racine de la vie consacrée et du mariage

Professeur de théologie systématique à l’Université Sainte-Marie de Twickenham (Londres) et à la Faculté de théologie de Lugano (Suisse), le Père Serafino Maria Lanzetta rappelle dans Semper Virgo l’importance pour la vie chrétienne de la virginité de Marie. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur, nous publions ici des extraits de la postface de l’abbé Claude Barthe.

+

marie semper virgo
Tribune libreDoctrine socialePhilosophie

Législatives : « Il faut exorciser l’âme de la France »

Tribune de Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie | À la suite à la dissolution surprise de l'Assemblée nationale en France, Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie,  revient sur l'épisode de la constitutionnalisation de l'avortement qui a marqué d'une tache indélébile la France et la législature qui s'achève. Il montre combien cette modification de la constitution dévoile la nature du régime actuel et son lien intime avec ses origines historiques révolutionnaires. 

+

âme France
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode soins palliatifs euthanasie
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson