Milton 1/3 : Faut-il relire Paradis perdu ?

Publié le 17 Nov 2022
Milton

by William Faithorne, line engraving, 1670

John Milton (1608-1674), écrivain anglais sans cesse réédité comme classique, est pourtant l’auteur d’un chef-d’œuvre aussi unique qu’étrange. Esprit tourmenté et brillant, mêlé de près aux convulsions politiques de son époque, tôt atteint de cécité, il exprima dans Paradis perdu des conceptions toutes personnelles du Bien, du Mal, de la Chute et une fascination pour Satan peu audibles pour ses lecteurs anglais puritains.

 

Les Belles Lettres, dont on sait combien elles contribuent à sauvegarder les classiques de la littérature mondiale, pas seulement les Grecs et les Latins, ont réédité au printemps dernier, dans une version de luxe bilingue, Paradise Lost, Paradis perdu, de Milton. Mais cette épopée, chrétienne, même si le christianisme de son auteur a parfois d’étranges dérives, est-elle encore accessible aux lecteurs actuels ?

S’égaler à Homère et Virgile, telle est l’ambition qui taraude dès sa jeunesse John Milton. Inutile de dire qu’elle est démesurée. L’étonnant est qu’elle ne l’abandonnera jamais et que, la maturité venue, alors que, d’ordinaire, l’adulte voit ses limites et renonce à ce qui lui apparaît désormais inaccessible, l’écrivain anglais, brisé par les échecs de ses engagements politiques et une cécité qui le plonge dans la nuit, lui interdisant de lire et d’écrire par lui-même, entame la rédaction de ce poème épique en 12 chants, suivi plus tard par Paradise regained, Paradis retrouvé, qui n’ajoutera rien à sa gloire.

Milton affirmera dans la présentation de la première édition, en 1667, que le sujet de son poème est la désobéissance et la chute de l’Homme, tenté par Satan, puis sa rédemption. Autant le dire d’emblée, cette façon de présenter le drame, car c’en est un, et capital, est quelque peu biaisée, afin, sans doute, de ne pas offusquer le très puritain public anglais de son époque.

En effet, s’il est…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
SociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi