Mucha au musée du Luxembourg

Publié le 16 Nov 2018
Mucha au musée du Luxembourg L'Homme Nouveau

C’est à Paris, en 1895, qu’Alfons Mucha (1860-1939), artiste d’origine tchèque, devint célèbre avec Gismonda, sa première affiche pour un spectacle de Sarah Bernhardt. Aujourd’hui le musée du Luxembourg le met à l’honneur, présentant, suivant un parcours chronologique, les différentes facettes de ses productions. Il est surtout connu pour ses décorations « légères » d’emballages de papier à cigarettes ou de savonnettes (Savon Mucha Violette, 1906)… Mais il pratiqua aussi avec brio la peinture à l’huile et la sculpture très influencée par celle de Rodin qu’il fréquenta, comme le démontrent les œuvres présentées dans le parcours (Nu sur un rocher, 1899). La création de bijoux (Bague aux paons, 1900) et l’aménagement des salons de la joaillerie de Georges Fouquet, témoignent de la part importante qu’il joua dans l’art nouveau dont il est l’un des représentants. Excellent dessinateur, il réalise au moyen de traits sinueux des femmes sensuelles entourées de fleurs et de motifs décoratifs aux savants entrelacs. Il aime l’idée de partager son art avec le plus grand nombre et ses lithographies le permettent. Il illustre un étrange « Pater » dont certaines feuilles sont montrées dans l’exposition. Retournant à Prague, il réalise un projet qu’il lui tient à cœur, une série de toiles monumentales sur le thème de l’Épopée slave. Vingt épisodes historiques ont, pour lui, marqué ces peuples sur le plan politique, religieux, philosophique et culturel. Une vidéo dans le parcours les donne à découvrir. L’exposition s’achève avec la présentation des cartons de vitraux qu’il réalisa pour la cathédrale Saint-Vitus de Prague. 

Une certaine époque !

Jusqu’au 27 Janvier 2019.

Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : 01 40 13 62 00.

Ouvert tous les jours de 10 h 30 à 19 h, nocturne jusqu’à 22 h tous les vendredis, ainsi que les lundis du 12 novembre au 17 décembre. Les 24 et 31 décembre de 10 h 30 à 18 h, fermé le 25 décembre.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc