Neurosciences et théorie du Genre : redécouvrir le masculin/féminin (2/4)

Publié le 22 Sep 2023
Neurosciences et théorie du Genre masculin/féminin - entretien Ecochard

Les neurosciences permettent aujourd'hui de définir les différences entre l'homme et la femme.

Docteur en médecine, professeur à l’université de Lyon I-Claude Bernard, auteur de Homme, Femme, ce que les neurosciences nous disent, René Écochard s’appuie sur les découvertes récentes pour confirmer la différence homme/femme. Des avancées positives pour l’éducation à la complémentarité entre les sexes. Entretien.

 

Quelles différences pouvons-nous observer entre l’homme et la femme dans le domaine des neurosciences ?

  Le cerveau et le tempérament sont différents chez l’homme et la femme. Au cours de ces vingt dernières années, on a pu déterminer progressivement les caractéristiques divergentes. Dans la structure générale au niveau cérébral, l’ensemble est commun mais en divers lieux la différence est nette. Par exemple, l’amygdale cérébrale ou bien l’hippocampe ne sont pas les mêmes en fonction du sexe de la personne. Mais l’observation du cerveau grâce à la résonance magnétique nucléaire (RMN), lorsque la personne interagit dans son fonctionnement, nous permet davantage de distinguer les caractéristiques masculines et féminines. Donc la manière de réagir de l’individu nous indique encore plus s’il est un homme ou une femme. Le fonctionnement du cerveau se reflète dans le tempérament de la personne.  La femme réagit de manière intuitive tandis que l’homme sera plus analytique. Dit de manière imagée, mise devant une personne dans le besoin, la femme réagira d’abord au niveau de son amygdale cérébrale, cela signifie qu’elle est d’abord touchée au niveau de ses émotions, de son cœur (empathie « émotionnelle »). Tandis que l’homme réagira en premier au niveau de son lobe préfrontal : se posera d’abord la question de la solution à apporter. Son approche sera d’abord rationnelle (empathie « cognitive »).  

Ces études ont été menées sur des adultes, ne peut-on pas penser qu’il s’agit d’une construction culturelle ? Ces constructions sont-elles réellement inscrites dans la nature même des individus ?

  Les scientifiques se sont posé la question. L’équipe de recherche de Simon Baron-Cohen, en Angleterre, est allée observer les nouveau-nés. Dès le premier jour, seulement quelques heures après la naissance, les petites filles sont plus attirées par les photos présentant un visage par rapport au petit garçon. Cette expérience a été renouvelée ensuite deux semaines, deux mois et deux ans plus tard, confirmant les conclusions. Il a été remarqué aussi que les petites filles sont plus aptes au langage verbal, ayant un vocabulaire plus riche.  

Est-ce lié à la masculinité et à la féminité ?

  Les études se basent également sur le taux de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage