Nicaragua : la persécution de l’Église continue 

Publié le 06 Fév 2024
nicaragua ortega

Fernanda LeMarie - Cancillería del Ecuador, CC BY-SA 2.0

Au Nicaragua, le président Ortega continue à réprimer l’Église catholique jugée hostile au régime : interdiction des processions, fermeture d’universités catholiques, arrestations de prêtres et d’évêques. 

  Depuis son retour au pouvoir, en janvier 2007, le président Ortega prétend mener « une révolution socialiste, chrétienne et solidaire ». Mais depuis 2018 il considère l’Église catholique comme une ennemie qui conspire contre lui (cf. HN n° 1777). Ces derniers mois, les arrestations d’évêques, de prêtres, de religieux se sont multipliées. Le 20 décembre 2023, Mgr Isidoro Mora, évêque de Siuna, a été arrêté pour avoir demandé dans une homélie de prier pour Mgr Rolando Alvarez, évêque de Matagalpa. Celui-ci, placé en résidence surveillée en août 2022, avait été condamné à vingt-six ans de prison en février 2023 pour « conspiration et diffusion de fausses nouvelles ». Dans les derniers jours de l’année 2023, six nouveaux prêtres ont été arrêtés. Cette année 2023 a été marquée par d’autres actes de répression contre l’Église, notamment la fermeture de plusieurs universités catholiques.  En mars 2023, dans un entretien au quotidien argentin Infobae, le pape François avait qualifié de « dictature grossière » le régime du président Daniel Ortega. « Avec tout le respect, je n’ai pas d’autre choix que de penser que ce dirigeant souffre d’un déséquilibre », avait-il ajouté.   

Expulsion de deux évêques 

Néanmoins, le Pape n’a pas renoncé à tout dialogue avec le régime du président Ortega. Le 8 janvier dernier, dans son traditionnel discours de début d’année aux membres du corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, il a déclaré :

« La situation au Nicaragua reste préoccupante : une crise qui perdure et aux conséquences douloureuses pour l’ensemble de la société nicaraguayenne, en particulier pour l’Église catholique. Le Saint-Siège ne cesse d’appeler à un dialogue diplomatique respectueux pour le bien des catholiques et de l’ensemble de la population. » 

Des négociations menées par le Saint-Siège ont permis, le 14 janvier dernier, la libération de Mgr Alvarez, de Mgr Mora, de 15 prêtres et de deux séminaristes. Ils ont été aussitôt envoyés à Rome. Cette libération, qui ressemble à une expulsion, n’est pas vraiment une mesure d’apaisement. Le président Ortega s’est débarrassé de prisonniers encombrants qui ternissaient l’image de son régime qui n’est plus un État de droit.   

Répressions en augmentation

Mais la répression continue. Deux jours après les « libérations »…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron 

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles