Notre quinzaine : Le double programme de l’Avent

Publié le 29 Nov 2023
l'avent crèche de Noël santon jésus

Église Saint-François-Xavier (Paris) © Guilhem Vellut

Ah, la joie indicible de monter la crèche ! Chaque entrée en décembre, le même rituel rejoint et unit les catholiques du monde entier : on ressort de sa cave, de son grenier ou d’un vieux coffre les cartons contenant les santons colorés qui dorment depuis le 2 février dernier, emmaillotés dans du papier de soie. Déjà un parfum de Noël s’installe chez soi et le miracle est fait !

Mais de quel miracle parle-t-on ? Il suffit de regarder nos santons ! La crèche représente une citadelle d’espérance pour notre civilisation en danger. En son sein réside une chaleur communicative propre à allumer les contre-feux nécessaires face à la décadence. Avant les cadeaux de Noël si attendus, la période de l’Avent dévoile son premier trésor : la douceur de vivre des santons.

À nous de retrouver notre cœur d’enfant, de prendre place au milieu d’eux et d’entrer dans la danse ! Mireille avec sa cruche, nos amis les bergers, le Ravi, le garde-champêtre gardant ses collines comme le Pistachié protège ses bouteilles, l’aveugle et son fils, le couple de bastidanes, l’Arlésienne aux étoffes multicolores, le Bartoumieu faisant du charme aux bugadières, le tambourinaire en pleine discussion avec monsieur Jourdan : comme ils sont beaux, frais et merveilleux à voir !

 

Il est toujours là

L’Avent, dans ses scintillements et ses recueillements, nous invite à toujours mieux réaliser combien le divin Enfant a marqué le début d’une civilisation formidable et indépassable. Face à cette venue, si touchante et si bouleversante à la fois, nous resterions là ? les bras croisés ? le cœur au fond des poches ? Il va pourtant venir notre bon petit Jésus. Comme il le fait du reste à chaque messe, à chaque absolution, lors de chaque sacrement. Il vient. Il ne cesse de venir.

Depuis 2 023 années bien tonnantes et bien gorgées de trésors divins, il arrive toujours. À sa manière. Inégalable. Les bras grands ouverts et le cœur au large. Pour qui veut l’étreindre et lui sourire. Il est toujours là, à la disposition de nos âmes fatiguées. Et bien plus que de nous attendre, la vérité de Bethléem se fait plus sublime encore : il nous désire et vient à notre rencontre !

Premier chapitre du cycle liturgique, l’Avent est une école de vie. L’ouvrir par le bon bout déterminera grandement l’allure de notre conduite intérieure. L’étoile des bergers nous fait cheminer vers un monde nouveau. Un écosystème qui nous rappelle qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir, que la noblesse vaut mieux que la jouissance et que seul le pardon est capable de transfigurer nos désirs de vengeance. Un cadre évangélique enseignant que les choses ne valent que ce qu’elles coûtent, affirmant que si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu et soulignant que Jésus, dès sa naissance, a mis sa peau au bout de son exemple.

La période de l’Avent replace sous nos yeux une vérité toute simple, souvent oubliée et pourtant fondatrice : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renonce lui-même, qu’il prenne sa croix et me suive » (Marc 8, 34). Dans la misère de la crèche et la solitude de Bethléem, le Christ enseigne à l’humanité que contribuer à l’œuvre de la Rédemption ne consiste pas à s’installer dans des chaussons mais à se consumer.

 

L’Avent, un temps d’espérance

Surtout, l’Enfant Jésus nous rassure. Uni aux hommes dans le dénuement et la détresse, il semble leur murmurer : « Courage, petit troupeau. (…) Vous avez des tribulations dans le monde, mais prenez confiance, j’ai vaincu le monde » (Luc 12, 32 et Jean 16, 33). Déjà la chaleur des bergers, l’adoration des mages et la farandole des santons préviennent les hommes de foi d’une vérité considérable : l’espérance obtient tout. Et cette espérance a un visage. Le visage du divin poupon.

La préparation à la célébration de la naissance du Christ n’a donc pas d’autres buts que nous fourbir des armes de lumière. Le sens de la famille contre le coup d’État démographique. L’accueil de la vérité plutôt que les oukases liturgiques. L’importance de la transmission contre la lèpre du wokisme. Oui, nos permanences ont fait leur lit dans la paille de Bethléem. Revenir à la source n’est pas seulement une œuvre de piété, elle est une condition de notre continuité.

À l’heure où notre socle civilisationnel craque de toutes parts, ce n’est pas un hasard si la féerie de Noël elle-même est attaquée, comme on l’a vu récemment dans la ville de Nantes où les célébrations de la Nativité sont désormais appelées « fête de la créativité »…

L’Avent nous dit par avance que nous avons toutes les raisons du monde de parier sur cette pauvre étable, ouverte aux quatre vents. Ici, c’est la fidélité qui domine et la confiance qui maintient. Un double programme à faire nôtre. Dès maintenant. Et pour l’avenir.

 

>> à lire également : Le sens mystique de la liturgie : une édition des Mystères des messes d’Innocent III

Père Danziec +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres