Notre quinzaine : Péguy de combat

Publié le 25 Jan 2023
Péguy

Il y a des hommes, des écrivains, des héros et de saints qui nous dépassent infiniment. Dès lors, comment vraiment parler d’eux ? Il y a eu 150 ans le 7 janvier dernier naissait à Orléans Charles Péguy, écrivain gigantesque, âme torturée et exigeante, poète habité et soldat français.

Le rappel à Dieu de Benoît XVI a manqué de le laisser injustement dans l’ombre et pourtant Péguy a encore beaucoup à nous apprendre. C’est l’honneur de la presse chrétienne, quasiment tous titres confondus, d’avoir fait mémoire, d’une manière ou d’une autre, de l’auteur de Notre Jeunesse.

Revendiquer Péguy ?

Sa vie, si l’on y pense, fut fulgurante. La balle qui le touche en 1914, aux premiers jours d’une guerre européenne fratricide, met fin à une existence de 41 ans. La force de l’âge et la promesse, normalement, d’une œuvre qui aurait pu s’enrichir encore. Celle-ci justement lui a survécu et reste vivante, plus d’un siècle après.

On se dispute même encore au sujet de Péguy. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut invoqué à la fois par une partie de Vichy et par la Résistance et notre goût des guerres civiles, au lieu d’y voir un point d’entente, nous porte à clore ce débat en une réponse univoque, faisant trop facilement fi de la complexité de l’histoire et du choix des hommes.

Revendiquer Péguy, pourtant, ne peut consister à l’enrôler sous une bannière quelconque, mais plutôt à chercher à le comprendre, à s’en nourrir, et, si possible, à s’inscrire dans son sillon. La démarche n’est d’ailleurs pas sans risque, quasi existentielle pour peu qu’on le lise sérieusement.

Une œuvre riche et éducatrice

Dans son livre Charles Péguy et la modernité (Artège, 2010), le père Laurent-Marie Pocquet du Haut-Jussé, après avoir souligné la cohérence de sa pensée, remarque :

« Le lecteur est donc invité, poussé, bousculé : il doit à son tour prendre parti et ne peut se contenter d’être un spectateur passif. (…) il a été donné à peu d’auteurs d’avoir la grâce de provoquer ainsi un tel ébranlement dans le petit ou le grand peuple de leurs lecteurs. (…)

La famille des abonnés des Cahiers est devenue une réalité vivante et foisonnante, dont la diversité des membres manifeste la richesse de la source commune : une pensée de combat qui n’abdique pas mais qui constitue pour beaucoup une cité de fidélité. »

Cohérente, mais riche, foisonnante même, que pouvons-nous retenir de l’œuvre de Charles Péguy ? Pour ma part, j’en mentionnerai ici trois aspects : le monde moderne, le parti intellectuel et le combat.

Le monde moderne avilit

Charles Péguy est celui qui a fait le retour du monde moderne au catholicisme. Ce retour ne fut pas sans douleur ni sans effort, parsemé d’échecs et d’amitiés brisées. Autant Bernanos est resté fidèle à son enfance chrétienne, autant Péguy a connu la perte de la foi et le militantisme anticlérical. Sa vie s’inscrit pourtant dans le sens de la mystique. De la mystique socialiste à celle de la Chrétienté.

Ce que nous avons sous les yeux, Péguy le voyait déjà parfaitement :

« Le monde moderne avilit. D’autres mondes avaient d’autres occupations. D’autres mondes avaient d’autres arrière-pensées, d’autres arrière intentions. D’autres mondes avaient d’autres emplois du temps temporel, entre les repas.

Le monde moderne avilit. D’autres mondes idéalisaient ou matérialisaient, bâtissaient ou démolissaient, faisaient de la justice ou faisaient de la force, d’autres mondes faisaient des cités, des communautés, des hommes ou des dieux. Le monde moderne avilit. »

Contre le Parti intellectuel

Cet extrait est tiré de « De la situation faite au parti intellectuel » (Les Cahiers de la Quinzaine, 1907), contre lequel Péguy se sera battu presque toute sa vie. De son temps, ce parti reposait sur une sorte de divinisation de l’humanité devenue à l’égale de Dieu omnisciente et omnipotente, dont il formait le clergé.

Toujours présent, confortablement installé même, il n’est plus qu’un conformisme bourgeois, réconciliant la démocratie sans son messianisme révolutionnaire et le laïcisme évacuant toute problématique religieuse.

Augusto Del Noce avait bien résumé la situation en écrivant dans L’Époque de la sécularisation :

« Ce qui s’impose avec la force de l’évidence, c’est que la société technologique, ou société du bien-être, ou encore société opulente, s’est constituée comme société postérieure au marxisme, mais comme société entièrement sécularisée. » (Éditions des Syrtes, 2001, p. 37)

Épris de justice et de vérité portées à l’incandescence par une volonté farouche, Péguy ne s’est pas battu. Il a été entièrement combat, de tout son être. Même aux pires moments de sa situation matérielle et de sa vie familiale, il n’a cessé de se battre.

À ce titre, il dérange encore aujourd’hui notre confort bourgeois, notre conformisme, notre prudence et nos calculs. Mais, sur ce plan, c’est lui qui avait raison. La vérité et la justice méritent que l’on se batte pour elles. Ne l’oublions pas !

 

Sur le même sujet : À la manière de Péguy, s’il le faut !

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour
Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité