Notre quinzaine : Je crois en la Sainte Église catholique

Publié le 10 Jan 2024
sainte église

© DomyD / Pixabay

La publication par le dicastère pour la Doctrine de la Foi de Fiducia supplicans sur la signification des bénédictions a soulevé une profonde émotion au sein de l’Église catholique, conduisant ainsi le Saint-Siège à publier un communiqué d’explication. Nous n’y échappons évidemment pas tant ce texte, par de subtiles distinctions, conduit à reconnaître comme légitime la bénédiction des couples homosexuels ou celle des couples en situation irrégulière. Je ne m’y arrête pas ici davantage, Thibaud Collin analysant dans ce même numéro les conséquences de cette révolution.

 

Une réaction mondiale

Des épiscopats entiers (principalement africains mais pas uniquement), des cardinaux (notamment le cardinal Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi) et des évêques (par exemple Mgr Aillet en France ou Mgr Schneider au Kazakhstan) ont critiqué, avec plus ou moins de vigueur, ce texte, mettant au grand jour la grave crise que traverse l’Église. S’il convient de ne pas se satisfaire de cette situation et de chercher à travers la nuit du temps la lumière de la vérité, il est nécessaire plus que jamais de poser sur la crise que l’Église traverse un regard surnaturel.

 

L’imitation du Christ

Que professons-nous, en effet, dans le Credo ? « Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique ». Que constatons-nous depuis quelques décennies, avec une accélération vertigineuse ces dernières années ? Une Église divisée, traversée des scandales les plus écœurants et dont l’enseignement semble de plus en plus se conformer au monde.

À vrai dire, ce n’est pas seulement à une crise dans l’Église à laquelle nous assistons, mais à une crise de la foi elle-même. Plus exactement, la crise dans l’Église conduit à un trouble de la foi parmi ses membres, sans même parler du scandale pour ceux qui lui sont extérieurs.

Notre déréliction actuelle est assurément de voir souffrir notre mère, la sainte Église, mais aussi d’être éprouvés par elle. Or ce n’est pas parce que le Christ savait que Pierre le trahirait qu’il n’en a pas souffert. En imitation du Christ, c’est évidemment la souffrance de la Croix que nous devons accepter, et non le reniement de la vérité.

 

Une éclipse de la sainteté de l’Église

L’autre tentation à laquelle nous sommes soumis relève de notre attachement à l’Église. Que voyons-nous, ou plus exactement, que croyons-nous voir ? Une Église réduite à une institution humaine, ballottée au gré des idéologies et des ambitions, se contredisant et se laissant emporter par les mirages du monde. Pourtant, l’Église est sainte. Elle est sainte en raison de la sainteté de son fondateur, de sa doctrine, de ses sacrements, de la grâce qu’elle transmet, de la finalité qu’elle poursuit. Elle est sainte parce qu’elle est substantiellement la même sur terre et au Ciel. Elle est sainte parce qu’elle est l’épouse du Christ.

Avouons-le, la sainteté de l’Église subit comme une éclipse à nos yeux et nous essayons de sauver la situation en pensant que cette sainteté est atteinte par le péché de ses membres. Mais si l’on suit le cardinal Journet dans L’Église du Verbe incarné, l’Église contient certes des pécheurs, mais

« elle ne contient pas de péché. C’est en raison de ce qui subsiste encore en eux de pur et de saint, que des pécheurs lui appartiennent : c’est-à-dire en raison des caractères sacramentels du baptême et de la confirmation, en raison aussi de la foi et de l’espérance théologales qu’ils ont peut-être conservées. (…) Ainsi la frontière de l’Église passe en chacun de ceux qui se disent ses membres, prenant au dedans d’elle ce qui est pur et saint, laissant au dehors ce qui est péché et souillure (…). En sorte que c’est vraiment dès ici-bas, dans le temps même de son pèlerinage, au sein du mal et du péché qui lui disputent chacun de ses enfants, que l’Église demeure immaculée. »

De son côté, Mgr Bartmann, évoquant la sainteté de l’Église, affirme que celle-ci « est sainte dans son être objectif et réel. Elle doit être sainte dans ses membres ».

 

Marie, prototype de l’Église

On ne peut prétendre défendre la doctrine traditionnelle et désespérer de l’Église ou réduire celle-ci au rang de simple ONG. C’est dans les circonstances de crise qu’il nous revient, même au prix d’un certain martyre (mondain), de proclamer la sainteté de l’Église, épouse du Christ dont la Vierge immaculée reste le plus parfait prototype. Aussi est-il plus que jamais nécessaire de recourir à celle-ci comme Mater Christi et Mater Ecclesiae.

 

>> Pour aller plus loin : Dossier Fiducia Supplicans

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
EgliseFiducia Supplicans

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle