Pâques en octaves

Publié le 10 Avr 2012
Pâques en octaves L'Homme Nouveau

 Les 13, 14 et 15 avril 2012, la ville de Blois sera le théâtre d’un Festival pas comme les autres. Du grégorien à la pop louange, voix et talents fort divers se produiront avec ce même désir de chanter de Dieu et de chanter pour Dieu.

Entretien avec Mathieu Bonnin, organisateur du Festival

Pâques en Octaves… un nom qui est tout un programme ! Que signifie-t-il ?

Au-delà du jeu de mots, le festival de musique chrétienne Pâques en Octaves aura lieu… pendant l’octave de Pâques. 22 concerts de musique sacrée et de pop chrétienne seront donnés à Blois les 13, 14 et 15 avril, dans une ambiance à la fois festive et priante puisque, entre autres, une adoration perpétuelle aura lieu pendant toute la durée de l’évènement et que des messes seront célébrées le samedi et le dimanche. Pâques en Octaves sera aussi l’occasion de se former, des conférenciers interviendront, une exposition sera proposée ainsi qu’un atelier de chant grégorien animé par le chœur grégorien de Paris.

oeufs paques

 Musique sacrée et pop louange chrétienne vont se côtoyer ?

De Glorious et Paddy Kelly au chœur de la cathédrale de Birmingham, du grégorien au reggae en passant par le rock, de nombreux styles vont se côtoyer, en effet. Avec pour point commun un message chrétien. Personne ne doit pouvoir dire « Je ne viendrai pas au Festival de Pâques en Octaves, cela ne m’intéresse pas ». Il y en a pour tous les goûts.

Qui sont les organisateurs de Pâques en octave ?

L’histoire a commencé en juillet dernier lorsque des étudiants de Blois, attachés à ce lieu parce qu’ils y habitent ou y font leurs études, ont voulu mettre sur pied un projet pour leur ville… A vrai dire, au départ, nous ne savions pas très bien ce que nous voulions faire mais partagions un même goût de la musique. Nous avons découvert sur Internet et Facebook les plaintes d’anciens groupes du Festival de Chartres qui regrettaient que l’évènement n’ait plus lieu. Nous avons saisi cette occasion pour organiser un évènement similaire à Blois. Nous sommes une équipe de 16 bénévoles et serons épaulés par près de 80 personnes pendant les trois jours du Festival.

Le diocèse est-il impliqué dans l’organisation du Festival ?

Le diocèse nous soutient mais n’est pas directement impliqué dans l’organisation. L’évêque présidera les messes du samedi et du dimanche, nous avons demandé leur collaboration à plusieurs prêtres pour la dimension spirituelle du Festival et parce que certains accueilleront des concerts dans leur église. Mais pour une première édition, il est normal que le diocèse n’ait pas désirer s’impliquer plus… et cela nous laisse une vraie liberté !

Pourquoi ces dates ?

Nous avons demandé leur avis à de très nombreuses personnes qui avaient participé au Festival de Chartres, unanimes pour dire que faire cela le W.-E. de Pâques comme c’était l’usage n’était vraiment pas l’idéal, peu de gens peuvent se libérer, prêtres comme laïcs car c’est un temps fort pour les paroisses comme pour les familles.

Désirez-vous toucher un public autre que chrétien ? Ce festival s’inscrit-il dans une perspective de nouvelle évangélisation ?

Nous voulons toucher le plus de monde possible, chrétien ou pas, dans la perspective, effectivement, de la nouvelle évangélisation. Une veillée de prière sera proposée le samedi soir, et nous y vénèrerons la croix des JMJ confiée par Benoît XVI à Paddy Kelly, artiste chrétien, ancienne rock star qui sera présent au Festival.

Quels seront les thèmes des conférences ?

La musique liturgique et la musique satanique. Ce second thème sera traité par le père Benoît Domergue. Cela pourraît paraitre étonnant dans un Festival de musique chrétienne mais il s’agit justement de montrer les dangers de la musique satanique, de montrer aussi qu’elle est incompatible avec nos valeurs de chrétiens, qu’il n’est jamais anodin d’en écouter.

Plus d’infos sur http://paquesenoctaves.tumblr.com/

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc
CultureSociété

Jeanne d’Arc et les jeux vidéos

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), voici une revue des divers jeux vidéos existants autour du personnage de Jeanne d'Arc. Dans la plupart de ces jeux, Jeanne est présentée plus comme chef de combat que comme sainte, et le contexte y est violent.

+

jeanne d'arc jeux vidéo