Paraboles pour un pardon : l’angélus du dimanche

Publié le 16 Sep 2013
Paraboles pour un pardon : l'angélus du dimanche L'Homme Nouveau

Malgré la pluie, des milliers de personnes se sont réunies place Saint-Pierre dimanche midi pour participer à la prière de l’Angélus en compagnie du Saint-Père. Avant de réciter l’antique prière mariale depuis la fenêtre du palais apostolique, le pape François est revenu sur les paraboles rapportés par l’Évangéliste Luc, dans l’évangile du jour, celle de la brebis perdue, de la pièce perdue et du fils prodigue, des thèmes bien en consonances avec la dynamique de son pontificat.

Il s’agit de trois paraboles « qui parlent de la joie de Dieu » a souligné le pape. Elles contiennent tout l’Évangile, tout le christianisme a précisé le Saint-Père.

Invitant ses auditeurs à sortir de la spirale du mal en redécouvrant la miséricorde de Dieu, le Pape François  a rappelé que « Dieu ne nous abandonne jamais ». Comme le montre la parabole de l’enfant prodigue, « Il est un Père patient, il nous attend toujours, respecte notre liberté et est toujours fidèle ». Une patience, un respect et une fidélité qui débouche sur la joie de Dieu quand un de ses fils revient à lui et lui demande son pardon.

Dans ce sens, le Saint-Père a remis en cause la célèbre loi du talion : « Si nous vivons selon la loi’Œil pour œil, dent pour dent, nous ne pouvons jamais sortir de la spirale du mal». Le Malin nous fait croire que notre justice humaine peut nous sauver et sauver le monde, mais en réalité seule la justice de Dieu peut sauver ! Le pape a enfin conclu en demandant aux pèlerins réunis de prier quelques instants en silence « pour une personne que nous n’aimons pas, afin que nous devenions miséricordieux avec cette personne »

//www.youtube.com/embed/hxjO_ZVxyjY?list=UUQxVySG5g2aC-Uz9NhpyiFg

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran