Patrick Pearse, éveilleur du peuple irlandais

Publié le 28 Jan 2024
Patrick pearse Irlande
Patrick Pearse demeure la figure la plus attachante parmi les nationalistes irlandais qui tentèrent, envers et contre tout, le soulèvement de Pâques 1916 à Dublin. Les contes qu’il a écrits en gaélique, publiés en décembre dans une nouvelle traduction de Grégoire Poulle, révèlent l’une des facettes les plus profondes de son talent et de sa personnalité.

 

Comment avez-vous choisi les contes que vous avez traduits ? Est-ce la première fois qu’ils paraissent en français ?

J’ai découvert ces contes il y a plus de 20 ans, quand j’apprenais à parler breton ! En effet, l’un de mes amis, qui m’enseignait cette jolie langue cousine du gaélique, avait une traduction en breton des contes de Patrick Pearse dans sa bibliothèque. Il s’agissait d’un livre, très joliment illustré, publié en 1979. Mon ami m’a offert ce livre. Jusque-là, je connaissais vaguement Patrick Pearse, comme l’un des héros de l’indépendance irlandaise, mais sans plus. J’ai été littéralement saisi, pour ne pas dire ému jusqu’aux larmes, par la beauté de ces contes. Je les ai montrés un soir de décembre 2014 à Benoît Mancheron, éditeur que vous connaissez bien. Il s’est aussitôt exclamé :  « Il faut absolument traduire ces histoires en français ! » Ce que j’ai commencé à faire à partir de 2015. Le confinement de 2020 m’a donné l’occasion de terminer ce travail. J’ai alors découvert que les contes de Patrick Pearse avaient été traduits en anglais. Je me suis aperçu à un moment qu’un autre traducteur, Frédéric Collemare, avait aussi traduit ces contes en français pour les publier à l’occasion du centenaire du soulèvement de Pâques 1916, dans la collection littéraire « Terre de Brume ». J’en ai parlé à Benoît Mancheron qui m’a répondu : « Ce n’est pas grave, continuez tranquillement votre traduction, vous verrez votre livre sera très bien. » J’ai donc achevé ma traduction et je n’ai regardé celle de Collemare qu’à la fin de mon travail pour m’apercevoir qu’elle était assez différente de la mienne, étant donné que je me basais principalement sur la version en langue bretonne. La traduction de Collemare est parue dans une collection littéraire alors que nous avons voulu, Benoît Mancheron et moi, publier un livre pour enfants, avec des illustrations. C’est d’ailleurs Marc Mosnier, un talentueux dessinateur breton, passionné lui aussi par l’univers celtique, qui a réalisé la splendide couverture inspirée du style « Art-déco breton » de Xavier de Langlais, ainsi que…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Le Pape

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Le génocide vendéen : la preuve par les colonnes infernales

ENTRETIEN | Haut fonctionnaire aux Affaires étrangères, juriste spécialiste de droit pénal international, Jacques Villemain poursuit ses recherches avec, après Vendée 1793-1794 (2017) et Génocide en Vendée (2020), un nouvel ouvrage en deux volumes, Histoire politique des colonnes infernales. Avant et après le 9 Thermidor et Papiers et Rapports. Il y poursuit sa démonstration du caractère génocidaire de ce qui s’est passé dans ce département.

+

Vendée
Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi