La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Publié le 20 Avr 2024
alleluia

Retrouvez tous les commentaires de la Messe Magnæ Deus potentiæ :

 

Commentaire musical

Sanctus 5 Partition sanctus

 

Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Voyons cela en détail :

L’intonation, malgré sa quinte initiale Ré-La et son retour au Ré après un double appui sur le La puis sur le Sol, appartient bien cependant au mode de Mi, corde qui la conclut avec bonheur : en effet, le Ré, ici, peut et doit être considéré comme la note de soutien du Mi, ce qu’on appelle en langage musical moderne la sous-tonique. L’atmosphère de cette intonation est éminemment contemplative, ce qui n’empêche pas une belle fermeté traduite par les deux pressus sur le La et sur le Sol.

Le deuxième Sanctus prend lui aussi appui sur le Ré, et monte par degrés conjoints jusqu’au Sol qui se situe à la tierce supérieure du Mi.

Le troisième Sanctus est identique au premier sauf que le Ré initial est omis, à cause de l’enchaînement avec le précédent, qui offre ainsi un beau balancement Sol-La Sol. La mélodie s’envole ensuite en un bel élan mystique, après ces trois Sanctus assez chargés, grâce à un petit passage syllabique qui s’en va cueillir le Do aigu, tout là haut : note de passage puisque bien vite la mélodie redescend vers le Mi, en une cadence très contemplative et toute intérieure.

La seconde phrase reprend le style syllabique mais avec moins d’élan, puisqu’elle ne va pas plus loin que le La, sur cæli. La courbe de pleni sunt cæli et terra part du Ré, sous-tonique, culmine sur le La, et revient au Mi, véritable corde modale de toute la pièce. Ce passage syllabique est léger et modeste, de même que les mots glória tua qui, quant à eux, ne dépassent même pas le Sol.

Il y a un parti-pris, semble-t-il, de la part du compositeur, d’atténuer l’éclat musical de ces mots qui signifient la gloire de Dieu emplissant tout l’univers, ce qui oriente vers une compréhension plus mystique, plus profonde, de la puissance divine. Notons que la cadence de tua, à la fin de cette seconde phrase, est la même que celle de Sábaoth, à la fin de la première.

En contraste, le hosanna monte avec majesté, du Sol vers le Do, en faisant entendre les degrés intermédiaires, le La et le Si : montée large, puissante, bien goûtée, mais éphémère puisqu’à nouveau la mélodie redescend vers le grave pour aller rejoindre très vite le Ré, et de là retrouver le Mi comme corde modale principale sur les deux mots in excélsis.

La mélodie qui orne les mots Benedíctus qui venit ressemble à celle de pleni sunt cæli et terra à quelques différences près. Et on peut noter ici la petite formule montante Mi-Fa-Sol, sur la tierce du mode de Mi, que l’on retrouve à trois reprises, sur la syllabe faible de glória, sur la finale de venit, et sur la syllabe faible de Dómini. In nómine Dómini renchérit sur Benedíctus qui venit, et en s’achevant sur le Sol, introduit immédiatement la formule de hosánna in excélsis qui est exactement la même que dans la phrase précédente.

Nous sommes en présence d’un très beau Sanctus qui montre à lui seul que la louange n’est pas forcément synonyme d’éclat, mais qu’elle peut emprunter d’autres voies musicales parfaitement adaptées au grand mystère de la Passion dans lequel nous introduit directement le chant du Sanctus, à l’intérieur de la célébration eucharistique. Un Sanctus mystique nous conduit vers le corps mystique du Christ immolé pour nous sur l’autel du sacrifice.

 

Pour écouter :

 

>> à lire également : Évêques de France : une réforme à revoir et de nouvelles instances en gestation

 

Un moine de Triors

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 sanctus
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas