Les persécutions antichrétiennes en Inde 

Publié le 14 Sep 2023
persécutions antichrétiennes - Manipur Inde

Narendra Modī, Premier ministre de l'Inde et membre du parti nationaliste hindou. © Norbert Schiller

Alors que, début septembre, la réunion du G20 à New Delhi a confirmé la prétention de l’Inde à être une puissance mondiale, les violences interethniques dans l’État du Manipur, au nord-est du pays, se sont poursuivies. Elles ont déjà provoqué la mort de près de 200 personnes et la destruction de 249 églises chrétiennes.  

  L’État du Manipur, au nord-est de l’Inde, à la frontière birmane, compte 3,5millions d’habitants. Les Meiteis –l’ethnie dominante, très majoritairement de confession hindoue – représentent 53% de la population. Parmi les minorités, la plus nombreuse, les Kukis, est de confession chrétienne. Selon le site Manipur Online, le nombre des chrétiens de différentes ethnies est en augmentation dans l’État : 19,5 % en 1961, 41,3 % en 2011; soit autant désormais que les hindous.  

Des affrontements de plus en plus religieux

Les affrontements interethniques dans cet État sont anciens et ont des causes multiples: la propriété des terres, l’immigration birmane, les emplois réservés aux «tribus répertoriées». Mais les incidents qui ont commencé le 3 mai dernier se sont très vite transformés en affrontements religieux. Selon un rapport établi par Mgr Dominic Lumon, archevêque d’Imphal, la capitale du Manipur, depuis cette date, près de 200 personnes ont été tuées, plusieurs milliers ont été blessées, plus de 60 000 ont été déplacées, vivant dans des camps de réfugiés, des centaines de maisons ont été brûlées et 249 églises et temples protestants ont été détruits. L’état d’urgence proclamé par le gouverneur de l’État et le déploiement de l’armée n’ont pas suffi à faire cesser les violences. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a tardé à s’exprimer sur les affrontements et les violences terribles qui ont lieu au Manipur. Il n’a réagi que le 20 juillet dernier, lors de la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo qui montrait deux femmes kukies contraintes par des manifestants meiteis à défiler nues dans la rue (l’une aurait ensuite été violée). Le Premier ministre indien a dénoncé «une honte pour n’importe quelle société civilisée» et a assuré: «aucun coupable ne sera épargné […] ce qui s’est passé avec les filles du Manipur ne pourra jamais être pardonné ».   

L’hindutva, idéologie suprémaciste 

La passivité de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place