Pourquoi s’obstiner à avertir les sourds et les aveugles ?

Publié le 26 Déc 2015
Pourquoi s’obstiner à avertir les sourds et les aveugles ? L'Homme Nouveau

S’il en est une qui répond à cette question que se posent beaucoup de gens lucides, c’est bien la Sainte Mère de Dieu. En effet, elle aurait mille bonnes raisons de cesser de s’intéresser à des humains, qui ne tiennent aucun compte des avertissements et des conseils qu’elle leur prodigue.

Or elle fait preuve d’une persévérance sans égale, en alliant la constance du contenu de ses messages à la variété des manifestations, par lesquelles elle cherche à capter notre attention : statues qui pleurent, icônes qui suintent une huile parfumée, phrases visibles dans le ciel et, bien sûr, guérisons miraculeuses et conversions stupéfiantes.

Malgré le spectacle affligeant que lui donne notre société moderne, majoritairement abrutie par les médias, corrompue par le commerce des vices et dirigée au mieux par des incapables, au pire par des pervers, elle ne cesse de chercher à sauver ses enfants du désastre.

C’est une grande leçon qu’elle donne à tous ceux qui portent des responsabilités, parents et enseignants, professionnels et politiques, et plus encore à nous les prêtres qui avons charge d’âmes. Au demeurant, je constate que cette persévérance mariale porte des fruits, qui ne sont pas spectaculaires en quantité mais savoureux en qualité.

Se former

Aujourd’hui, à la seule condition de le vouloir, on trouve de la formation solide, des groupes de prière, des temps et lieux d’adoration. On constate que des familles cherchent des lieux de vie qui ne soient pas des déserts spirituels et culturels. Quant aux écoles, je suis bien placé pour voir la croissance impressionnante des écoles hors contrat, qui se traduit par une demande de bourses à notre « Association Éducation Solidarité » (AES) [1] en très forte augmentation ! Ce n’est donc pas le moment de baisser les bras, d’autant que les évènements douloureux dus au terrorisme islamique n’en sont qu’à leurs débuts et que le pire est à venir. De ce fait, le rôle des chrétiens sera capital, il leur faudra être solides et courageux, réactifs et créatifs, rassembleurs et stimulants, bref adaptés aux circonstances. Si, comme je le pense, le terrorisme islamique s’amplifie, il y a un risque évident que se développe chez nos compatriotes un rejet global de la population musulmane, alors même qu’une grande partie de cette population sera révulsée par la violence terroriste. Ce sera donc le moment de témoigner de l’amour chrétien envers ceux qui seront victimes de cet amalgame et, paradoxalement, une opportunité pour évangéliser.

La grande erreur de beaucoup de chrétiens, désinformés par leur clergé, fut de bénir l’islam au vu des relations excellentes qu’ils avaient avec des musulmans. Il ne faudrait pas maintenant vouer aux gémonies les musulmans, en raison de leur appartenance, pas vraiment choisie, à la communauté de l’Islam.

La seule voie, réaliste et pacifique, pour l’intégration de la population musulmane est sa conversion à la religion catholique. La Vierge Marie, en raison de sa maternité, a depuis toujours attiré les mères musulmanes, ce qui en fait la médiatrice idéale. En outre, la patronne principale de la France, sait bien que la conversion des musulmans in­stallés dans notre pays aurait un immense impact sur les autochtones déchristianisés. Prenons la résolution d’offrir en union à la Passion du Christ les souffrances que va nous causer l’Islam et Marie intercédera auprès du Père pour que nous recevions la grâce d’évangéliser nos frères musulmans.

1. ASE :  asseducsol@yahoo.fr – http://www.asseducsol.com/

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation