Quand la barbarie se drape dans la compassion

Publié le 31 Jan 2014
Quand la barbarie se drape dans la compassion L'Homme Nouveau

Prémisse du débat sur l’euthanasie et le suicide assisté, il ne faut pas oublier que la loi Veil de 1975 fut la première loi sur l’euthanasie en France. Au nom de cette pitié fallacieuse que dénonçait le bienheureux Jean-Paul II, on tue déjà un fœtus atteint d’une maladie incurable, des vieillards et des malades. Seul un regard éclairé par la sagesse sur la vie y compris sur sa fin peut nous sauver de cette barbarie aseptisée que l’on se propose de renforcer légalement.

Et voilà que resurgit tel un serpent de mer le débat sur l’euthanasie et le suicide assisté. Le Président de la République a réitéré lors de sa dernière conférence de presse (15 janvier) son engagement de campagne « de permettre à toute personne majeure atteinte d’une maladie incurable provoquant une souffrance psychologique, physique, insupportable et qui ne peut être apaisée, de pouvoir demander dans des conditions strictes une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Cette déclaration est suffisamment floue pour permettre à chacun d’en comprendre ce qu’il souhaite. En effet, qu’entendre par « assistance médicalisée » ? Une intensification des soins palliatifs allant jusqu’à une sédation profonde en phase terminale ou bien l’administration d’une substance dans le but de provoquer la mort du patient ? Bref, il faut s’attendre à ce que l’année 2014 soit le temps des grandes manœuvres sur un tel sujet.

Comment prendre un peu de hauteur pour aborder cette année de débats ? Tout d’abord, il convient de rappeler ce que l’on oublie trop souvent. La loi sur l’euthanasie existe déjà… et c’est la loi Veil de 1975 !

Le meurtre du fœtus

En effet, cette loi rend possible l’avortement jusqu’au terme de la grossesse si le fœtus est atteint d’une maladie incurable. Or quel peut être le motif d’une telle mise à mort ? Quand on se remet dans le contexte des débats en 1973/1975, les arguments niant l’humanité d’un fœtus viable sont difficilement recevables par l’opinion commune. La seule raison est dès lors une logique « compassionnelle ». Pour éviter à l’enfant à naître une vie qui ne « vaudrait » pas la peine d’être vécue, la mère décide avec les médecins de le supprimer. C’est avec cet argument que la quasi-totalité des enfants atteints de trisomie ou d’un autre handicap est…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture