Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Publié le 27 Mai 2024
sacrement

Le curé a la charge d e l'âme des parents aussi bien que de celle de l'enfant.

L’abbé Antoine Michel a participé à l’ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

 

| Dans l’ouvrage Les sacrements en question, vous partagez votre expérience concrète en paroisse sur une nouvelle méthode que vous avez mise en place. Pourquoi avez-vous souhaité y apporter votre contribution ?  

Je donne des cours de théologie dogmatique depuis une douzaine d’années au séminaire de La Castille.  J’ai été invité à participer au colloque « État de grâce et sacrements » qui s’est tenu à Paris fin 2022. Mon ami l’abbé Thibaut Guespereau savait que je travaillais sur la question de la pastorale des sacrements et que je mettais en place une pastorale inspirée par le père James Mallon. Il m’a proposé de partager mon expérience, et beaucoup de prêtres ont été intéressés.  Avec beaucoup de prêtres, je pense que la pastorale ordinaire des sacrements est souvent un échec, tant au plan de la célébration elle-même qu’au plan de son manque de fécondité. Des prêtres souhaiteraient sortir de ce qui peut être considéré parfois comme une impasse.   

| Comment vous êtes-vous décidé à aménager ces parcours ?  

En paroisse, je vivais comme beaucoup d’autres prêtres. J’essayais de faire au mieux, en faisant toutes sortes de préparations de personnes souvent loin de la vie chrétienne. Si ce sont des chrétiens pratiquants qui demandent des sacrements, la préparation se déroule de manière ordinaire et porte du fruit. Cependant, dans de nombreux cas les demandes émanent de personnes éloignées de la vie chrétienne ou qui n’ont pas d’expérience de foi. Ce qui se vit généralement dans les paroisses, c’est l’accueil de la demande, une prise de date et la proposition d’une préparation, sans pourtant savoir comment les personnes vont vivre ces préparations et se mettre à la suite du Christ. Ces trente dernières années, les préparations en paroisse se sont largement développées, elles ont été soignées.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles