Saint Michel acceptera-t-il le compromis ?

Publié le 30 Août 2023
saint michel

Une solution a enfin été trouvée pour la statue de saint Michel des Sables d’Olonne. Installée en 2018 sur la place Saint-Michel, devant l’église du même nom, cette statue fait parler d’elle depuis 2021. En effet, l’association laïcarde « La Libre Pensée » souhaite la supprimer au motif qu’elle ne respecte pas la loi de 1905, étant placée sur un espace public.

 

Les Sablais, et à leur tête leur maire Yannick Moreau, se sont immédiatement mobilisés pour maintenir la statue en place, mais la Cour administrative d’appel de Nantes trancha pour son déboulonnage le 16 septembre 2022. Cette décision allait pourtant à l’encontre de la volonté des Sablais, puisque, interrogés sur le sujet, 94% d’entre eux déclaraient vouloir que cette statue demeure devant l’église du même nom.

Saint Michel recule de quelques mètres

Ce lundi 28 août, Yannick Moreau a fait savoir dans un communiqué de presse que la solution avait été trouvée pour respecter la loi tout en tenant compte de la volonté des Sablais. Il y a quelques mois, la Ville a en effet vendu au diocèse de Luçon une bande de terre longeant l’église Saint-Michel des Sables d’Olonne, afin que celle-ci y fasse construire une rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite.

C’est donc tout naturellement que le curé-doyen de la paroisse locale, l’abbé Antoine Nouwavi, a proposé ce terrain pour y déplacer la statue et éviter son déboulonnage : « Devenue propriétaire, la paroisse, en accord avec les instances diocésaines, a soumis à Monsieur le Maire des Sables d’Olonne, la proposition d’accueillir sur l’emplacement non utilisé par la rampe, le socle qui pourrait accueillir la statue de saint Michel. »

Une proposition que le maire s’est empressé d’accepter : « Je remercie le père Antoine et les paroissiens pour cette offre qui permet de se conformer et à l’arrêt du Conseil d’État, et à la volonté des Sablais »

Les travaux pour le déplacement de la statue – ainsi que pour la nouvelle rampe – commenceront donc la première semaine de septembre et seront financés par la paroisse(1).

Un compromis pour garder saint Michel

Concrètement, l’existence de la statue redeviendra « légale » dès lors que celle-ci aura reculé de quelques mètres pour ne plus être sur un terrain public, mais sur le sol de la paroisse.

Conscient de l’absurdité de ce compromis, et des coûts inutiles engendrés, le maire des Sables d’Olonne reconnaît qu’il aura fallu céder : « Certes les ayatollahs de la laïcité auront fait reculer notre statue de quelques mètres, mais ils auront fait avancer notre volonté de défendre notre culture et notre art de vivre. »

Une « solution à la Sablaise » selon ses propres termes, pour satisfaire tout le monde. Saint Michel a plutôt l’habitude de terrasser ses adversaires… Attendra-t-on que la « Libre Pensée » s’attaque au Mont Saint-Michel pour la prévenir qu’elle ne s’en prend pas à n’importe qui ?

 

(1) Pour soutenir les travaux de déplacement de la statue, sélectionner la paroisse Sainte-Marie des Sables d’Olonne.

A lire également : Jubilé de la Vendée : les 200 ans de la chapelle du Mont des Alouettes

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes