Scènes de la vie intellectuelle en France

Publié le 14 Jan 2017
Scènes de la vie intellectuelle en France L'Homme Nouveau

Dans une démocratie érigeant le « pluralisme » au rang de vertu, le Candide du XXIe siècle s’attendrait à assister à de libres joutes intellectuel­les. Las, dans la France de 2016, les sujets glissants pullulent. André Perrin, philosophe, dénonce « l’art perdu du débat ». Dans Scènes de la vie intellectuelle en France, l’auteur regrette l’impossibilité pratique de débattre sereinement. Mêlant rigueur universitaire et bonheur d’écriture, son ouvrage est constitué d’articles rédigés entre 2008 et 2015.

Quelques illustrations des vicissitudes du débat aujourd’hui ? Les procès d’intention, d’abord : on ne sort pas impunément des sentiers battus. Exemple avec Sylvain Gouguenheim, professeur à l’ENS Lyon, et auteur en 2008 d’Aristote au Mont Saint-Michel (Seuil, 278 p., 21,30 €). Cet ouvrage lui valut les quolibets d’un certain milieu universitaire : « raciste », « nauséabond » ! La raison ? Gouguenheim avait remis en cause le dogme de la transmission de l’héritage grec via le monde arabo-musulman. Pourtant, la plupart des pétitionnaires n’avaient pas encore reçu l’ouvrage incriminé…

Benoît XVI fit les frais d’une paresse intellectuelle analogue. Son discours de Ratisbonne, en 2006, fut immédiatement taxé d’islamophobie, alors que l’islam n’était traité qu’à la marge du texte. La plupart des commentateurs ne l’avaient tout simplement pas lu.

Autre plaie : la disqualification par la « phobie », technique éculée et néanmoins efficace, comme l’ont montré les évènements de 2013.

Derrière ces techniques, se cache la volonté de renforcer un entre-soi intellectuel. Ainsi Marcel Gauchet, invité aux Rendez-vous de Blois en 2014, fut décrété persona non grata par deux jeunes intellectuels « rebelles » (Édouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie). La faute de Gauchet : avoir laissé s’exprimer, dans sa revue, des opposants au « mariage » homosexuel. Pourtant, dans un autre numéro, il avait donné la parole au camp d’en face. Mais c’en était déjà trop. D’ailleurs, pour ses détracteurs : « En France, “intellectuel de droite” reste un oxymore, mieux : une impossibilité ». André Perrin de conclure, parodiant Saint-Just : « pas d’inclusion pour les amis de l’exclusion ! ».

S’attardant également sur des exemples de reductio ad hitlerum, de manipulation du langage (le masculin serait « sexiste ») ou de dénis du réel (justification du jihâd par la misère sociale), André Perrin livre là un ouvrage salutaire et donnant une seule envie : rentrer dans l’arène et débattre !

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création