S’enraciner pour rebâtir la cité avec Academia Chrisitiana

Publié le 03 Sep 2018
S’enraciner pour rebâtir la cité avec Academia Chrisitiana L'Homme Nouveau

Du 20 au 26 août se tenait à Sées la sixième édition d’Academia Christiana autour du thème « S’enraciner pour rebâtir la cité ». Quoique récente, cette université d’été catholique dédiée à former la jeunesse semble être devenue incontournable chez les catholiques engagés.

Lancée par un groupe d’amis il y a quelques années seulement, l’université d’été Academia Chrisitiana réunissait cet été plus de 200 jeunes — et moins jeunes — pour une formation principalement intellectuelle (philosophie politique, histoire de l’économie, actualité, ateliers militants), mais pas seulement. Ainsi, tout au long de la semaine, des activités telles que l’initiation au secourisme, des leçons de danses traditionnelles ou des cours de boxe thaïlandaise étaient proposés durant les temps libres.

Plus encore que le nombre de participants, c’est la diversité des thèmes abordés qui dénote à Academia Christiana. À côté des auteurs catholiques, des références thomistes et des classiques de droite, des sujets moins habituels dans les universités d’été catholiques furent abordés tout au long de cette semaine. Ainsi des notions telles que les rapports entre politique et vie familiale, l’écologie ou l’anticapitalisme de droite, la décroissance, l’effondrement possible de l’État et de l’économie mondialisée,  l’emprise du système technocapitaliste sur nos vies et les pistes pour s’en sortir ont été étudiés, souvent pour la première fois pour bon nombre des participants.

Enfin, comment parler d’Academia Christiana sans évoquer sa dimension spirituelle ?  Hébergée à l’école hors contrat de la Croix-des-Vents, plusieurs soutanes étaient présentes tout au long de l’Université d’été parmi les jeunes, que ce soit pour donner des conférences, y assister, ou offrir chaque jour la possibilité aux participants de se confesser, de dire le chapelet ou d’assister à la messe.

Dès son origine, Academia Christiana s’était lancé un défi ; former la jeunesse catholique à tous les enjeux majeurs de notre époque. Le nombre de participants ainsi que la qualité des interventions (que vous pourrez retrouver sur le site de l’université d’été) semblent confirmer que le pari est réussi. 

Mais l’objectif d’Academia Christiana est d’être plus qu’un groupe de jeunes se réunissant l’été pour apprendre. 

C’est aussi une communauté militante qui pose un constat clair ; la droite recule depuis 1789 et se perd depuis des décennies sur le terrain électoral sans occuper les autres champs sociaux tels que la vie locale, associative ou culturelle. Outre des rendez-vous prévus durant l’année, cette université d’été était une exhortation à la reconquête. Reconquête de soi-même par un comportement cohérent avec nos idées, reconquête de notre quotidien par des choix professionnels et éducatifs conformes aux enjeux contemporains, et reconquête politique et spirituelle par l’enracinement de chacun dans le tissu social qui l’entoure (vie municipale notamment) afin d’agir vraiment sur le réel sans attendre perpétuellement « que l’État veuille ». En effet, si les partis politiques sont un vecteur d’idées indispensable, leur soumission aux diktats de la gauche ainsi que leur focalisation sur les scrutins nationaux les rendent inopérants pour l’étape de base précédant tout changement national ; la reconquête de la cité comme préalable à la révolution culturelle.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneTribune libreThéologie

Abbé Barthe : Marie toujours vierge, racine de la vie consacrée et du mariage

Professeur de théologie systématique à l’Université Sainte-Marie de Twickenham (Londres) et à la Faculté de théologie de Lugano (Suisse), le Père Serafino Maria Lanzetta rappelle dans Semper Virgo l’importance pour la vie chrétienne de la virginité de Marie. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur, nous publions ici des extraits de la postface de l’abbé Claude Barthe.

+

marie semper virgo
Tribune libreDoctrine socialePhilosophie

Législatives : « Il faut exorciser l’âme de la France »

Tribune de Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie | À la suite à la dissolution surprise de l'Assemblée nationale en France, Michel Collin, Professeur agrégé de philosophie,  revient sur l'épisode de la constitutionnalisation de l'avortement qui a marqué d'une tache indélébile la France et la législature qui s'achève. Il montre combien cette modification de la constitution dévoile la nature du régime actuel et son lien intime avec ses origines historiques révolutionnaires. 

+

âme France
Société

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode soins palliatifs euthanasie