Soljenitsyne à l’honneur à l’Historial de la Vendée 

Publié le 01 Fév 2024
Soljenitsyne

Soljenitsyne à Vladivostok en 1994 © CC BY-SA 3.0 / Evstafiev

Du 16 décembre au 9 juin, l’Historial de la Vendée propose une exposition sur Alexandre Soljenitsyne, en lien avec la Russie communiste, « Soljenitsyne un géant de la liberté ».

  Depuis le 16 décembre, et jusqu’au 9 juin, l’Historial de Vendée propose une vaste rétrospective sur Alexandre Soljenitsyne. Cinquante ans après la publication en France de L’Archipel du Goulag, qui lui a valu l’exil et la déchéance de nationalité, c’est l’occasion de revenir sur l’œuvre de cet écrivain russe et dissident politique, ancien zek (prisonnier du Goulag) et prix Nobel de littérature en 1970, décédé en 2008.  

« Le regard d’un homme sur son époque »

En 1993, alors qu’il est autorisé à rentrer en Russie, Soljenitsyne organise une tournée d’adieu dans tous les pays qui l’ont accueilli durant ses années d’exil. Il est invité à inaugurer le tout nouveau Mémorial de Vendée le 25 septembre 1993, pour le bicentenaire des guerres de Vendée, aux côtés de Philippe de Villiers. Honoré de cette invitation, Soljenitsyne raconte avoir découvert assez tôt cette période de l’Histoire de France, grâce à une mère francophone, et avoir été fasciné par le soulèvement de ces paysans, de cette « héroïque Vendée », comme il l’appelle. Soulèvement qu’il rapproche d’ailleurs de ceux ayant eu lieu en URSS contre le totalitarisme, en 1920 et 1921. Trente ans après, l’Historial, qui se trouve à quelques pas du Mémorial, rend donc hommage à cette figure majeure du XXe siècle que fut Soljenitsyne. L’exposition retrace les étapes essentielles de sa vie, en les replaçant dans le contexte historique, politique et social de l’URSS et du monde occidental. L’Historial a réuni pour l’occasion des objets personnels, des œuvres originales, des documents et des affiches, mais aussi des témoignages et commentaires de spécialistes. Des images d’archives sont projetées à grande échelle, figurant son enfance, son rôle d’officier lors de la Seconde Guerre mondiale, les goulags, la remise du prix Nobel par l’ambassade de Suède à Moscou, etc. Alain Leboeuf, président du conseil général de la Vendée, invite « tous les Vendéens à suivre la vie courageuse de ce géant de la liberté à travers cette exposition ».  

L’écrivain dissident

Après des études de mathématiques et quelques cours de philosophie, Alexandre Soljenitsyne se comporte en officier exemplaire lors de la Seconde Guerre mondiale, et est même décoré en 1942. Mais il…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Mayalen de Vergnette

Mayalen de Vergnette

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Le génocide vendéen : la preuve par les colonnes infernales

ENTRETIEN | Haut fonctionnaire aux Affaires étrangères, juriste spécialiste de droit pénal international, Jacques Villemain poursuit ses recherches avec, après Vendée 1793-1794 (2017) et Génocide en Vendée (2020), un nouvel ouvrage en deux volumes, Histoire politique des colonnes infernales. Avant et après le 9 Thermidor et Papiers et Rapports. Il y poursuit sa démonstration du caractère génocidaire de ce qui s’est passé dans ce département.

+

Vendée
Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi