Synode romain : un premier bilan

Publié le 09 Nov 2023
synode évangélisation église

La démarche synodale, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église compatible avec la modernité. © Vatican media

Tout juste achevé, le 28 octobre dernier, le Synode des évêques a soulevé de nombreuses attentes et mis en œuvre beaucoup de nouveautés dans son déroulement mais, son rapport de synthèse publié, que va-t-il sortir de cet événement très médiatisé et abondamment commenté ? Le point de vue d’un théologien et canoniste.

  Il est certainement prématuré de dresser déjà un bilan du Synode : il vient de se conclure, il ne constitue qu’une étape dans une démarche de renouveau et de discernement, et il faudra enfin juger l’arbre à ses fruits, en évaluant si les propositions faites et les décisions prises à la suite de ce long processus provoquent effectivement un renouveau missionnaire et une floraison de vocations à la sainteté. Contentons-nous de faire quelques remarques et de poser quelques jalons.  

Est-ce vraiment un synode ?

La question vaut la peine d’être posée. Le Synode des Évêques a été voulu par le Concile comme une assemblée consultative d’évêques pour aider le Pape dans sa mission d’enseignement et de gouvernement. De même, dans chaque diocèse, le conseil presbytéral, « sénat de l’évêque » est constitué uniquement de prêtres. Si l’évêque désire adjoindre des fidèles laïques, il crée alors un conseil pastoral diocésain. Le Synode qui vient de se dérouler constitue en fait un conseil pastoral universel en raison de la participation de ministres ordonnés non évêques, de consacrés et de fidèles laïques.  

Une nouvelle méthodologie

On sait que dans ce genre d’assemblée, l’organisation de la réflexion et des débats revêt une grande importance. Priorité a été donnée au partage d’expériences en petits groupes puisque, selon le Secrétariat qui organise les travaux, devait prévaloir « une attention particulière aux expériences vécues par les participants ». On peut contester la légitimité des délégués à représenter effectivement le peuple de Dieu. Une expérience est difficilement communicable, elle peut ne pas être partagée par le plus grand nombre et la manifestation de la subjectivité doit se conformer à l’objectivité de la Révélation et de la vérité sur l’homme que garantit la Tradition.  

Un travail de discernement

Beaucoup de commentateurs ont souligné que la démarche synodale s’inspirait des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola. Certes de tels travaux nécessitent beaucoup de silence, de prière et un fort enracinement dans la contemplation. Cependant les Exercices jésuites ont pour objectif une purification, une conversion, une connaissance de soi pour aboutir à un discernement…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Laurent-Marie Pocquet du Haut-Jussé

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien