Un synode des évêques rempli de non-évêques

Publié le 24 Mai 2023
Synode
De fondation récente, le Synode des évêques est une jeune institution créée et structurée par différents documents pontificaux depuis Paul VI et Vatican II. Le pape François lui-même en a par deux fois modifié les règles. Mais une lettre datant du mois d’avril le montre décidé à y faire entrer de manière arbitraire un quota important de membres choisis en dehors des rangs épiscopaux.

    La nouvelle est tombée le 26 avril 2023, par le biais d’une lettre (non disponible à ce jour) adressée par les cardinaux Grech et Hollerich aux responsables des assemblées continentales réunies en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Océanie : des «non-évêques», ecclésiastiques ou laïcs nommés par le pape selon le critère mondain de la parité hommes-femmes (« parce que c’est ainsi que va notre monde » dixerunt), auront droit de vote au Synode des évêques sur la Synodalité. Pour comprendre les enjeux et les incongruités de cette nouveauté, il convient de revenir en arrière et d’exposer la genèse et les fonctions du Synode des évêques.  Le Synode des évêques est une institution récente née dans le sillage du concile VaticanII. PaulVI, dès 1963, fait part aux évêques réunis en concile de sa volonté d’« associer, pour des questions déterminées, des représentants de l’épiscopat au chef suprême de l’Église pour l’étude et la responsabilité du gouvernement ecclésiastique ». Il revient sur la question en 1964 et 1965, lors des discours de clôture ou d’ouverture des sessions conciliaires puis crée, par le motu proprio Apostolica Sollicitudo du 15 septembre 1965, le Synode des évêques en tant que « conseil permanent d’évêques pour l’Église universelle, soumis directement et immédiatement à Notre autorité ». Il s’agit de répondre efficacement à cette « époque, si troublée et si critique » au moyen d’une « coopération des évêques pour le bien de l’Église universelle ». L’idée est de faire participer les évêques « d’une façon plus manifeste et plus efficace à Notre sollicitude envers l’Église universelle ». Il s’agit donc d’un organe de conseil composé d’évêques, établi par le Pape et pour le Pape, sous sa direction, en tant qu’« aide efficace au Pasteur suprême de l’Église ».  Un mois plus tard, le décret conciliaire Christus Dominus, « sur la charge pastorale des évêques dans l’Église », reprend l’idée d’une réunion d’« évêques choisis dans les diverses régions…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Cyrille Dounot, Professeur d’histoire du droit et avocat ecclésiastique près l’officialité de Lyon

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi