Réseaux sociaux : TikTok, un monde sans repos

Publié le 28 Oct 2022

Qu’est-ce qu’un réseau social ? Notre société a vu se développer cet usage d’Internet, vendu comme étant le moyen de se faire des relations, de les conserver et de les nourrir. En réalité, si l’intention était louable, l’usage en a vite été différent. L’étymologie de « réseau » (du latin retis qui signifie filet) est bien plus assumée qu’on ne le pense. Le but n’est pas de créer des relations mais de prendre les autres dans les filets de notre sujet d’intérêt et, pour certains, de notre notoriété. Un outil Ne soyons pas extrême, et donc stupide. Le réseau social est un outil, il ne porte donc en lui-même pas de « charge » morale. Mais la tentation est grande de lancer la « Toile » de telle sorte que le centre soit la personne et que tout y conduise. Autrement dit, pour qu’ils fonctionnent, subsistent et soient rentables, les créateurs de réseaux sociaux peuvent choisir de s’appuyer sur les tendances positives et créatives de l’être humain comme sur ses vices. Sur TikTok, la tranche d’âge du public concerné est plutôt l’adolescence (pour les créateurs de vidéos, 53 % d’entre eux sont âgés de 18 à 24 ans). Ils étaient peu en Occident à imaginer que l’application mobile créée en 2016 par l’entreprise chinoise ByteDance allait devenir un concurrent sérieux du géant américain YouTube, porté par Google. Le concept est simple : les spectateurs, lorsqu’ils ouvrent l’application mobile, sont immédiatement sollicités par une vidéo. Il ne s’agit pas d’aller chercher une vidéo particulière mais de laisser faire l’intelligence artificielle qui, par un processus de machine learning (1), va vous suggérer ce qu’elle connaît de ce qui vous plaît. Pour les créateurs de contenu, il leur faut mettre en ligne une vidéo assez courte (pouvant néanmoins aller jusqu’à 10 minutes) et laisser faire un algorithme qui va la diffuser aux personnes susceptibles de l’apprécier. Les logiciels de TikTok vont mesurer la « performance » d’une vidéo au taux de rétention de l’audience (combien de temps les spectateurs restent sur cette vidéo), aux commentaires et « j’aime » des spectateurs ainsi qu’au fait que ces derniers vont la partager avec d’autres utilisateurs. Cette mesure va d’abord s’effectuer sur un petit échantillon. Si elle est bonne, TikTok va augmenter l’audience, refaire cette mesure et réaugmenter tant que la mesure est satisfaisante. Plus vous passez de temps sur l’application, plus l’intelligence artificielle, redoutable de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes, Directeur de l'Ircom-Lyon

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie