Turquie : un attentat qui tombe à point ?

Publié le 23 Nov 2022
Erdogan

Attentat Istanbul

Le 28 octobre dernier, le résident Recep Tayyip Erdoğan trônait à un immense rassemblement organisé à Ankara. Officiellement, il venait célébrer la fête nationale. Il était surtout présent afin de lancer sa campagne pour les prochaines présidentielles, programmées en juin 2023.

Premier ministre de mars 2003 à août 2014 puis, à la suite d’une révision de la Constitution, élu président dans la foulée, il s’est installé au pouvoir pour ne pas le quitter. Parviendra-t-il néanmoins à satisfaire son ambition ? Certes, il a bien en main l’appareil répressif qui maintient l’opposition en respect. Surtout, ses prises de position islamistes lui valent le soutien de l’électorat religieux. Son ultra-nationalisme panturc lui assure également sa promotion dans les milieux nostalgiques de la grandeur de l’Empire ottoman. Ainsi, dans son discours du 29 octobre, il a été jusqu’à tancer la Grèce, rappelant, menaçant, l’incendie criminel de Smyrne (aujourd’hui Izmir). Pour mémoire, le 9 septembre 1922, lors de l’offensive turque de Mustafa Kemal, des milliers de chrétiens de langue grecque sont morts dans les flammes, provoquant la fuite de dizaines de milliers d’autres de leurs semblables vers la Grèce. Cependant, l’économie ne joue pas en faveur du président sortant. Le taux officiel de l’inflation, 83 %, est sous-évalué. Ainsi, depuis 2013, le PIB par habitant est-il passé de 12 600 dollars à 7 500. S’ajoutent les scandales de corruption auxquels sont mêlés les tenants du pouvoir et leurs proches. Aussi le mécontentement gronde-t-il et, signes prémonitoires, des villes comme Ankara et Istanbul, où Erdoğan a commencé sa carrière d’élu comme maire, sont passées à l’opposition aux dernières élections locales de 2019. Alors le « Sultan », comme on l’appelle, aurait-il mis sur pied un subterfuge pour reconquérir l’électorat ? Le 13 novembre dernier, un attentat à la bombe éclatait avenue de l’Istiqlal, non loin de la place Taqsim à Istanbul. Six personnes étaient tuées et 81 blessées. D’une clairvoyance étonnante, les services turcs arrêtaient quasi immédiatement une jeune femme de 23 ans, accusée d’avoir posé la bombe sur un banc. Puis, sans attendre, 16 autres suspects étaient arrêtés. Quant à Erdoğan, dès l’attentat, il affirmait le PKK, parti kurde de Turquie, et l’YPG, des Kurdes de Syrie, eux, coupables de ce nouveau bain de sang. Or, d’une part d’autres groupes, comme Daech (l’État islamique), sont des responsables potentiels de cet attentat. D’autre part, mais ce n’est pas non plus une assurance de leur innocence,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneInternational

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes