La vertu surnaturelle de force est grâce de Dieu, mais implique la coopération de l’homme

Publié le 17 Avr 2024
vertu de force

La vertu de force culmine dans la victoire sur la persécution par le martyre. « La dernière prière des martyrs chrétiens » par Jean-Léon Gérôme.

Le 10 avril, le Pape a poursuivi sa catéchèse des vices et vertus entamée en décembre dernier. Il y abordait la vertu de force, don du Saint-Esprit, dont le côté passif mène à la force d’âme, et le côté actif au combat contre le mal dans le monde.

 

La vertu de force possède deux caractéristiques : supporter le danger ou le mal (c’est le côté négatif, caractérisé par la vertu de patience) et lutter contre le danger, que l’on pourrait considérer comme le côté positif qu’étudie présentement le Pape, lors de l’allocution lors de l’audience générale du 10 avril.

Il commence par citer la définition de la vertu de force que nous donne en son numéro 1808 le Catéchisme de l’Église Catholique : « La force est la vertu morale qui assure dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien. Elle affermit la résolution de résister aux tentations et de surmonter les obstacles dans la vie morale. La vertu de force rend capable de vaincre la peur, même de la mort, d’affronter l’épreuve et les persécutions. Elle dispose à aller jusqu’au renoncement et au sacrifice de sa vie pour défendre une juste cause. »

La vertu de force se différencie donc nettement de la notion naturelle de force, qui s’avère une donnée complexe recouvrant des réalités aussi diverses que la vigueur physique et le courage spirituel des martyrs. Suivant le sens que l’on accordera à ce terme, la force aura comme équivalent en latin : robur, virtus, fortitudo ou vis.

Au sens naturel, la force paraît surtout signifier la capacité de surmonter une résistance et de la vaincre par un déploiement d’effort. C’est sur cette base que se fondera la vertu et cela dans les deux dimensions que nous avons indiquées. La vertu corrige ainsi ce qui, dans l’ordre naturel, pourrait devenir un danger. Dans ce sens allait la philosophie de Nietzsche, qui est en réalité une âpre revendication du droit de vivre sa vie, sans contrainte, ainsi qu’une justification de son désir de domination sur l’autre. On sait où a conduit une telle conception de la force.

 

Une grâce surnaturelle

La force, dans ses deux dimensions, est donc une vertu combative. Alors que la prudence se rattache à la raison, que la justice se rattache à la volonté, la force se rattache à l’appétit irascible. Distincte de l’énergie naturelle du tempérament, la force est une puissance qui nous vient de Dieu. Elle ne détruit certes pas la vertu naturelle de force, mais elle l’informe par la grâce, l’élevant au niveau de l’activité surnaturelle. Dès lors, ses actes cessent d’être seulement des actes d’homme; ils sont actes de fils de Dieu.

Aux motifs qui peuvent inspirer la vertu naturelle et qu’elle garde, elle ajoute d’autres motifs que lui fournit la lumière de la foi. Tout en conservant la totalité des objets matériels de la vertu naturelle, elle en poursuit de plus élevés : tous ceux qui sont liés à la fidélité chrétienne. D’autre part, la vertu surnaturelle de force est grâce de Dieu, mais son exercice implique nécessairement la coopération de l’homme. Cela exige parfois une rude ascèse. La phrase connue de saint Augustin : « Celui qui t’a créé sans toi ne te sauvera pas sans toi », vaut particulièrement pour la vertu de force.

La force a pour but de régler particulièrement les passions, qui de soi sont neutres. Elle les éduque et les dirige conjointement avec le don de force, l’un des sept dons du Saint-Esprit. Un chrétien sans courage, un chrétien tiède sera rejeté par Jésus.

Le côté passif de la force nous oriente vers l’intérieur de nous-mêmes. Il nous aide à combattre nos ennemis intérieurs qui ont pour nom angoisse, peur etc. La force d’âme qui subit sans fléchir est une victoire de nous-mêmes sur tout ce qui pourrait nous paralyser dans notre action vertueuse.

Par son côté actif, la vertu de force lutte surtout contre nos ennemis extérieurs : maladies, épreuves de la vie et elle culmine bien sûr dans la victoire sur la persécution par le martyre. La vertu de force est donc précieuse car elle prend au sérieux le défi du mal dans le monde. Pour dire non au mal grâce à la vertu de force, imitons la force de Jésus dans sa Passion et la force de la Socia Christi, qui se tenait debout au pied de la Croix.

 

>> à lire également : Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3) 

 

Un moine de Triors

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas