Via Caritatis : le fruit de la vigne et du travail des hommes touché par la crise

Publié le 29 Sep 2020
Via Caritatis : le fruit de la vigne et du travail des hommes touché par la crise L'Homme Nouveau

L’artisanat monastique n’a pas été épargné par la crise sanitaire, loin de là. Si moines et moniales n’ont pas cessé de travailler, ils font face à une baisse des ventes. Alors que la saison des vendanges bat son plein, les abbayes du Barroux ont beaucoup à faire dans les 25 hectares des vignes Via Caritatis et mettent tout en œuvre pour que l’on puisse trinquer longtemps encore au vin bénédictin.

Entretien avec Gabriel Tessier, directeur du développement de Via Caritatis
Propos recueillis par Adélaïde Pouchol

Comment se vit la crise sanitaire au monastère ? Est-ce que cela change beaucoup la vie des moines et des moniales ? 

En pratique, la crise sanitaire n’a pas changé la vie des moines et des moniales qui vivent au rythme des heures et du travail monastique. L’on pourrait même dire que le confinement leur a permis de profiter davantage de leur retraite du monde car les visites et sollicitations extérieures se sont arrêtées un temps ! Depuis le déconfinement, la vie a repris un cours presque normal à peu de choses près. 

Même si l’on ne peut encore dresser un bilan complet des conséquences de la pandémie, quel impact a-t-elle eu sur l’activité viticole des Abbayes du Barroux ? 

Du point de vue de l’activité viticole à proprement dite, il n’y a eu aucun changement car la vigne ne s’est pas arrêté de pousser pendant le confinement… Il y a donc autant de travail au vignoble ! Nous sommes d’ailleurs actuellement en pleines vendanges avec de fortes précipitations qui nous font prendre des risques sur la récolte. En revanche, les conséquences économiques de la pandémie sont très préoccupantes sur les ventes de nos vins. Lors du confinement, nous avions lancé un appel à la mobilisation générale qui avait été bien relayé pour nous aider à vendre les vins qui n’étaient pas écoulés sur nos réseaux traditionnels. On peut dire que la situation s’est aggravée aujourd’hui car elle s’installe dans la durée : malgré le déconfinement, la plupart de nos clients n’ont pas recommandé car ils sont inquiets pour l’avenir. Nous observons donc un ralentissent très fort des ventes avec les signes annonciateurs d’une récession accrue. 

Quelles mesures envisagez-vous pour surmonter cette crise et comment peut-on vous aider ? 

Nous envisageons de pérenniser notre système de parrainage sur réseaux privés et d’encourager toutes les personnes qui veulent nous soutenir à acheter régulièrement les vins sur notre site internet.
Vous pouvez nous aider en faisant les actions suivantes :

• acheter un ou deux cartons de 6 bouteilles sur notre site internet,
• partager à dix personnes de leur entourage cet appel sur les réseaux sociaux,
• parler à leurs proches du projet Via Caritatis,
• et, enfin, parrainer leur entourage pour gagner la fameuse caisse en bois de Via Caritatis (voir les conditions ici).

Quelle part représente l’activité viticole dans le quotidien des moines ? 

Dom Gérard, le fondateur de l’abbaye du Barroux avait à coeur que sa communauté soit enracinée dans le travail de la terre. Ici, dans cette Provence montagnarde, le travail de la terre est essentiellement celui de la vigne et de l’olivier. L’activité viticole fait donc partie intégrante du quotidien des moines depuis l’origine et ils n’ont cessé de se perfectionner dans l’ars vinitoris au cours des ans. Tout au long de l’année, une équipe de 5 à 6 moines travaille dans le vignoble mais toute la communauté se mobilise au moment des vendanges.  

Via Caritatis, ce sont combien de bouteilles de vin par an  et combien d’hectares de vigne ? 

Via Caritatis représente actuellement environ 150 000 bouteilles issues de 25 hectares. 

Quel est votre produit « coup de cœur », celui que vous voudriez recommander à nos lecteurs ? 

Tous nos vins sont élaborés avec beaucoup de coeur et nous les aimons tous. Aussi, nous laissons la parole à la Revue du Vin de France qui a donné la meilleure note à la cuvée « Abbayes blanc » 2017 dans sa sélection de septembre 2020. 

N’oubliez pas de tenter votre chance en participant au jeu-concours co-organisé par Via Caritatis et L’Homme Nouveau. Testez vos connaissances sur le vin en jouant ici : vous remporterez peut-être l’un de nos trois lots gagnants !

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
A la uneCultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
A la uneCultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
CultureLectures

Guerre, propagande et politique

Lectures | Deux livres rédigés par d'anciens militaires et s'intéressant à la propagande dans le contexte de la guerre en Ukraine viennent de paraître. Il s'agit de L’Art de la guerre russe, par Jacques Baud, ancien membre du renseignement stratégique suisse, et de La Guerre en Ukraine, par Jacques Hogard, ancien officier français reconverti dans l’intelligence stratégique.

+

propagande