10 ans d’Actuailes : l’actualité pour les adolescents

Publié le 11 Mai 2023
actuailes

Entretien avec Gaëlle Iordanow, Fondatrice d’Actuailes. 

 

Il y a dix ans naissait Actuailes. Que propose votre journal pour adolescents ?

Actuailes est un bimensuel d’actualité gratuit pour les 10-15 ans, téléchargeable en ligne sur notre site. Notre objectif est d’aider les enfants à mieux comprendre le monde qui les entoure, et ainsi leur permettre de commencer à se forger leur propre opinion. En format 24 pages couleur, le journal propose différentes rubriques d’actualité française et internationale, ainsi que des pages culturelles : art, cinéma, littérature jeunesse et histoire, sans oublier un peu de détente avec des blagues (page la plus lue !).

Ce sont donc 24 pages assez variées qui paraissent deux fois par mois, et qui s’adressent aux enfants à partir de 10 ans et jusqu’à 15 ans et plus. On peut le lire en ligne ou l’imprimer. Certains parents choisissent de n’imprimer que certaines pages : cela permet une flexibilité par rapport à l’âge des enfants.

Les rubriques sont tenues par des bénévoles, tous légitimes dans leur domaine. Par exemple, la rubrique Afrique est tenue par un ancien expatrié et un spécialiste chevronné du continent. Nous avons également deux médecins pour décrypter l’actualité médicale.

Comment choisissez-vous vos sujets ?

Les sujets sont choisis en fonction de l’actualité des 15 derniers jours. Ils partent généralement d’un fait d’actualité connu ou compréhensible des enfants. Ainsi, dans notre dernier numéro, nous partons de l’acte héroïque d’un garçon qui a sauvé un bus en Amérique, pour ensuite élargir sur les spécificités du permis de conduire aux USA. Le fait d’actualité permet d’emmener à une connaissance plus large. De même pour le Soudan : nous partons de l’opération Sagittaire lancée le 22 avril dernier pour expliquer et proposer une réflexion sur cette crise.

En culture, nous nous appuyons sur un comité de lecture pour choisir des livres qui permettent de faire grandir de manière intégrale : il faut que ce soit bien écrit, que l’intrigue soit intéressante et de préférence, les visuels beaux. De même pour les films et les œuvres d’art, nous cherchons toujours à proposer du beau.

Nous avons également un billet spirituel, Sursum Corda, qui va aborder les temps liturgiques, la vie de l’Eglise ou des sujets de société. Elle est tenue par le père Augustin-Marie et le frère André-Marie, de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier.

Quels ont été les moteurs pour fonder un tel journal ?

Avec plusieurs parents, nous étions déçus par toutes les propositions de journaux pour nos propres enfants qui avaient entre 10 et 15 ans. Nous avons alors réfléchi à créer un journal qui répondrait à ce manque. Nous avons rassemblé nos forces ; chacun, avec son talent et ses compétences, pouvait édifier un petit bout de journal.

Certains, je pense notamment à Sophie Roubertie, ont proposé leur aide en entendant parler de cette initiative, et petit à petit, l’équipe s’est étoffée. Nous étions 5-6 parents au départ, nous sommes aujourd’hui une vingtaine de bénévoles à écrire, s’occuper de la communication et de tout ce qui tourne autour du journal. Seule notre maquettiste est une professionnelle que nous avons embauchée.

C’est grâce à toute cette équipe que le journal paraît toutes les deux semaines. Mais aussi grâce au Bon Dieu qui veille : nous avons de belles grâces à chaque numéro, particulièrement pour tous les soucis techniques. S’Il veut que ce journal continue, nous continuerons.

Pourquoi est-il important que les enfants s’informent sur l’actualité qui est souvent faite de mauvaises nouvelles ?

Il est important que les enfants s’informent sur l’actualité afin qu’ils comprennent le monde qui les entoure. Nous tâchons toujours de trouver ce qui est bon, les petites actualités positives : nous ne voulons ni tomber dans l’angélisme, ni parler seulement des mauvaises nouvelles. Parfois, il faut chercher un peu !

Nous travaillons aussi avec cette idée que, de toute manière, nos enfants entendront parler de certains points d’actualité. Il vaut mieux leur présenter l’actualité bien décryptée, plutôt qu’ils se fassent une opinion tous seuls avec ce qu’ils auront entendu à l’école. Ce regard sur l’actualité doit les former pour poser des actes et des jugements. La lecture d’Actuailes est aussi l’occasion d’ouvrir de belles discussions en famille.

Quel bilan pouvez-vous faire de ces dix années d’existence ?

D’abord, le journal en lui-même a beaucoup progressé au niveau de sa maquette.

Ensuite, après 10 ans, nous commençons à avoir des retours d’anciens lecteurs qui ont beaucoup appris grâce à Actuailes et qui nous en remercient. Certains sont mêmes devenus journalistes.

En termes d’audience, nous sommes passés de 100 lecteurs il y a dix ans, à plus de 7000 abonnés aujourd’hui. Actuailes est diffusé dans des familles et des CDI du monde entier. Nous sommes beaucoup lus par les familles d’expatriés.

Le bilan de ces dix ans d’aventure est aussi un constat : lorsque l’on remarque un manque, si on a la possibilité d’y remédier, pourquoi ne pas se lancer ?

Comment fêterez-vous cet anniversaire ?

Le samedi 13 mai au soir, toute l’équipe se retrouvera pour un moment de retrouvailles. Le lendemain, nous fêterons les 10 ans d’Actuailes avec nos lecteurs par un grand jeu d’énigmes historiques dans Versailles. Nous leur proposons également un concours photo dans lequel il faut mettre en valeur un numéro d’Actuailes. Les prix sont des places au Puy du Fou, à la Cité de l’Histoire et au spectacle « La Voix de l’écuyère ».

Enfin, une messe d’action de grâces rassemblera les contributeurs.

 

A lire également : Prix des lecteurs Actuailes-123loisirs : quels livres jeunesse offrir pour Noël ?

 

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage