L’adieu aux armes : les Français désarmés !

Publié le 27 Déc 2022

L’opération spéciale organisée dernièrement par le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer (du 25 novembre au 2 décembre derniers) pour recenser et récupérer auprès des Français les armes non déclarées apparaît une nouvelle fois complètement décalée dans le contexte d’insécurité croissante que connaît le pays. Prévenus que la libre détention d’armes est prohibée, les intéressés étaient invités soit à s’inscrire dûment sur le SIA (Système d’information sur les armes, outil informatique géré par le ministère de l’Intérieur) comme le font déjà les chasseurs et les adhérents aux clubs de tir, pour régulariser leur situation ; soit à abandonner carrément l’instrument visé, le plus souvent hérité d’un aïeul, comme objet affectif ou bien de collection. Sous peine, sinon, de poursuite judiciaire ou administrative, selon les usages coutumiers de notre État de plus en plus totalitaire… L’opération d’abandon volontaire concernait tout type d’armes y compris les bombes aérosols, les armes blanches, les armes de poing, les grenailles ou les munitions. La plupart devaient être détruites, celles ayant une valeur patrimoniale pouvant tout de même être confiées à des musées. On devine que si cette espèce d’« adieu aux armes » a fait « un carton » au sein de la France honnête et bien élevée, laquelle s’est volontiers pliée à l’injonction gouvernementale, comme le constate Ouest France, avec des milliers de dépôts – 140 000 au total, dit-on, sur les cinq à six millions d’armes détenues de façon irrégulière, selon l’estimation « empirique » du ministère – dans les quelque 300 sites régionaux dédiés (gendarmeries, commissariats, sous-préfectures…), appelés « armodromes » pour la circonstance, les gangs et délinquants de tout acabit s’en sont pour leur part bien évidemment exemptés ! Qui dit prohibition dit d’ailleurs trafic : le trafic d’armes est un commerce – estimé par l’Onu à 1 200 milliards de dollars par an – qui prospère dans le monde. Ce ne sont pas, en effet, les armes généralement anciennes de nos demeures paternelles qui servent à alimenter le banditisme et à réapprovisionner massivement les réseaux mafieux. Si les saisies d’armes à feu ne cessent d’augmenter (selon la dernière étude mondiale de l’ONUDC, Office des Nations unies contre la Drogue et le Crime, en 2020), la proportion la plus importante est réalisée dans le cadre du trafic de stupéfiants. Et ce ne sont pas les membres de ces réseaux criminels qui sont venus déposer paisiblement leurs armes dans lesdits « armodromes »  ! Autrement dit, non seulement on filtre le moucheron en laissant…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Jean-Michel Beaussant

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéSpiritualité

« Joëlettes chantantes » : des joies à partager au-delà du handicap

Entretien | Inspirée par les « routes chantantes » déjà expérimentées pour des personnes valides, une association nouvellement créée a décidé de faire profiter des personnes handicapées de ces séjours mêlant sport, spiritualité et activités musicales pour des jeunes. Une idée audacieuse dont les difficultés n’ont pas arrêté les réalisateurs, grâce entre autres à des véhicules adaptés, les joëlettes.

+

joëlette chantante
A la uneSociété

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes