L’Assemblée plénière des évêques de France et le « changement de culture »

Publié le 14 Avr 2023
Assemblée plénière

Du 28 au 31 mars derniers, les évêques de France se sont réunis à Lourdes pour leur Assemblée plénière. Des mesures concrètes devaient être annoncées en fin de session, suscitant pour certains l’espoir d’un « renversement de pouvoir ». Les résolutions adoptées ont finalement été présentées sur un ton plus nuancé, actant tout de même un processus de transformation.  Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF) a clôturé vendredi 31 mars l’Assemblée plénière avec un discours qui se voulait rassurant : « nous avons vécu, pendant ces quatre jours, une sérénité discrète, impalpable, mais réelle et constatable ». Cette session particulièrement attendue devait être une étape de prise de décision dans le cadre de la lutte contre les abus dans l’Église. À l’issue de ces quatre journées, aucune mesure extraordinaire n’a finalement été annoncée mais plutôt un « changement de culture », sans que l’expression soit définie de façon précise.   En novembre 2021, à la suite des recommandations du rapport de la Ciase, les évêques avaient voté pour la création de neuf groupes de travail afin d’élaborer des résolutions concrètes en vue de la lutte contre les agressions sexuelles et la pédophilie. Les différentes thématiques ont été ensuite réparties : partage des bonnes pratiques, confession et accompagnement spirituel, accompagnement des prêtres et religieux mis en cause, discernement vocationnel, accompagnement des prêtres, des évêques, manière d’associer les fidèles laïcs au travail de la CEF, analyse des causes des violences, moyens de vigilance et de contrôle. Les neuf groupes censés représenter la diversité des états de vie dans l’Église étaient constitués à 67 % de laïcs.   Le document de 250 pages a été présenté aux évêques dans l’église Sainte-Bernadette, sous forme d’« ateliers » pour un temps de discussion pendant deux demi-journées. Chaque groupe avait affiché ses propositions sur des panneaux. Les évêques ont ensuite été invités à « se promener » entre les emplacements en y apposant des gommettes de couleur en fonction de leur accord (rouge, orange ou vert). Un autre espace était réservé à des tables rondes, permettant aux évêques d’échanger avec les membres des groupes de travail sur les propositions qui feraient éventuellement l’objet d’un désaccord.   Hervé Balladur, ancien de Capgemini, entreprise du CAC 40, venant du diocèse de Créteil où il a été membre du conseil pastoral diocésain, a été nommé par la CEF en février 2022…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation