Au quotidien n°344 : au procès des assassins du Père Hamel, le témoignage marial de Guy Coponet

Publié le 18 Fév 2022
Au quotidien n°344 : au procès des assassins du Père Hamel

Obligé de filmer l’égorgement du prêtre, Guy Coponet a eu la vie sauve en récitant un « Je vous salue Marie » et en entrant en « prière perpétuelle ». Dans la salle Voltaire de la cour d’assises spéciale de Paris, rapporte Le Monde (18 février 2022) l’Ave Maria a retenti.

Il est rare d’entendre un « Je vous salue Marie » en pleine cour d’assises. Et plus encore de ne pas juger cela déplacé. Le témoignage de Guy Coponet, jeudi 17 février, grièvement blessé dans l’attentat de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), suivi de celui de Roseline Hamel, la sœur du prêtre assassiné le 26 juillet 2016 par Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean, ont transformé un temps en cathédrale la salle Voltaire de la cour d’assises spéciale de Paris.

Guy Coponet a aujourd’hui 92 ans, sa femme est morte l’année dernière, après soixante-huit ans de mariage. Il marche voûté, d’un pas sûr mais frêle, a les traits et le corps secs d’un montagnard. Le mardi 26 juillet 2016, c’était son anniversaire : 87 ans. Pas une raison pour déroger à la messe à laquelle il assiste avec son épouse, Janine, en semaine comme le dimanche. « Ce matin-là, il faisait beau, le père Hamel (…) était gai parce qu’il allait partir en vacances. Il y avait moins de monde que d’habitude, heureusement ». Hormis le couple Coponet, seules trois religieuses assistent à la messe.

(…)

Puis Abdel-Malik Petitjean empoigne le prêtre de 85 ans et lui assène plusieurs coups de couteau au visage, au cou, il lui transperce une côte. Adel Kermiche oblige Guy Coponet à filmer la scène.

(…)

Kermiche le force à se rapprocher de l’autel pendant que Petitjean met Jacques Hamel à genoux. « Ils ont traîné le pauvre homme par terre. Lui s’est défendu comme il a pu avec ses pieds. C’est à ce moment-là qu’il a dit : “Satan vas-t’en !” Puis j’ai vu que le sang s’est mis à vomir tout rouge, il n’a plus bougé le pauvre, c’était terminé pour lui. C’était affreux. »

Les deux djihadistes détruisent ensuite leurs deux téléphones, y compris celui ayant servi à filmer, puis s’en prennent à Guy Coponet. « Je lui ai dit : “Qu’est-ce que tu vas faire ? Tu vas tuer ton grand-père ?” Ça a été vite fait. Il me taillait dans le dos, le bras puis la gorge. Puis ils m’ont balancé en bas de l’estrade. Je me suis dit : “Surtout bouge pas, parce que si tu bouges, il va te terminer”. » Le vieil homme fait le mort, tout en comprimant sa plaie de 21 cm au cou. « Une tentative d’égorgement », avait confirmé le médecin légiste la veille, ajoutant que la compression « lui avait probablement sauvé la vie ». L’une des trois religieuses profite du tumulte pour sortir de l’église, sans réaction des terroristes.

Guy Coponet, « à moitié dans le coma », pense « aux enfants, tout ça ». « On entre en prière perpétuelle. Que j’aie été ce jour-là sauvé, à quelques minutes, je n’y suis pour rien. Il y avait une présence qui a fait probablement que ça s’est passé comme ça. » Pendant cette longue heure, il entend les terroristes desceller un grand crucifix de procession, attaquer l’autel à coups de couteau. Il entend aussi la conversation entre la sœur Hélène et les deux djihadistes, qui lui expliquent que « Jésus ne peut pas être le fils de Dieu » et que « ce qu’ils font c’est parce que la France bombarde l’Etat islamique en Syrie ». A un moment, son corps tressaille : sa femme se dit qu’il est vivant mais qu’il vient peut-être de rendre l’âme. « Ça a été un choc pour elle plus que pour moi », dit-il.

Lorsque les secours arrivent, il était en train de finir un « Je vous salue Marie ». Il le répète à l’audience la voix forte. Elle se brise sur la dernière phrase : « Priez pour nous pauvres pécheurs/Maintenant et à l’heure de notre mort. » « Ça reste gravé, vous savez, y’a pas de danger que j’oublie », dit-il.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » (3/3) | Fondée dans les années 80, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

+

agriculteurs journées paysannes
A la uneSociété

Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 2/3 | Journaliste indépendant, spécialiste du milieu agricole et rédacteur en chef de la revue de presse agricole Argos, Guy Laluc dresse un portrait des revendications et des raisons du monde paysan plus compliqué qu’on ne pourrait le croire au premier coup d’œil.

+

agriculteurs
Société

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole