Benoît XVI, si le grain ne meurt…

Publié le 07 Jan 2023
grain

Le rappel à Dieu du pape Benoît XVI, le 31 décembre dernier, n’a été au fond une surprise pour personne et pourtant cette disparition a provoqué une émotion profonde. Âgé, malade, il était évident qu’il n’avait plus que quelques mois à vivre sur cette terre. Nous attendions la nouvelle et nous la redoutions. Elle est venue à l’heure de Dieu, pour laquelle ce serviteur fidèle s’était préparé depuis longtemps, dans l’espérance de pouvoir accéder, comme il l’a écrit dans son Testament spirituel, aux « demeures éternelles. »

Benoît XVI : « Humble serviteur dans la vigne du Seigneur »

Prêtre, professeur, théologien, cardinal de curie, pape enfin, Joseph Ratzinger s’est voulu tout au long de son existence un « humble serviteur dans la vigne du Seigneur ». Difficile en quelques mots de résumer son apport, ses réussites et ses échecs tant son œuvre est immense et sa place dans l’Église grandissante, notamment à partir d’Entretien sur la foi, paru en 1985. Les témoignages et les hommages que nous publions dans ce numéro en donneront un aperçu, reflet d’un ensemble beaucoup plus vaste. Le moment venu, l’Histoire permettra de mieux connaître cette vie et d’approfondir son influence.

On me permettra ici un souvenir personnel. Le cardinal Ratzinger connaissait bien L’Homme Nouveau, lecteur attentif qu’il était, notamment à l’époque de Marcel Clément. Une photographie célèbre en témoigne d’ailleurs où on le voit lire L’Homme Nouveau dont le titre de Une est alors prémonitoire : « Tu es Petrus ».

Benoît XVI et L’Homme Nouveau

J’ai eu le grand bonheur de le rencontrer lors des Journées liturgiques de Fontgombault (2001), grâce à dom Antoine Forgeot, puis à Rome où j’étais venu réaliser un entretien avec lui sur son livre L’Esprit de la liturgie. Nous avions alors mené au sein de L’Homme Nouveau une longue enquête d’un an sur ce thème, publiée ensuite en ouvrage, accompagnée d’une postface du cardinal Ratzinger (1). Présent au moment de son intronisation pontificale grâce au cardinal Medina Estévez, j’avais pu lui signaler le soutien de L’Homme Nouveau et de ses lecteurs.

Aujourd’hui, les hommages pleuvent et chacun revendique, certainement en toute légitimité, sa part de proximité avec Benoît XVI. Réactions normales et très humaines, mais émotions qu’il faut dépasser aussi. D’une part en revenant quelque peu en arrière et, aussi, en tentant de nous projeter en avant.

Une décision historique de Benoît XVI : Summorum Pontificum

D’autres diront l’apport du théologien, du spirituel, du musicien, de l’homme de la jonction entre la foi et la raison. L’un des grands actes du pontificat de Benoît XVI, dans la perspective de l’unité et de la paix dans l’Église, aura été le motu proprio Summorum Pontificum qui, à travers le monde, a touché des milliers de prêtres et de fidèles. Dans son livre de souvenirs portant sur les années 1927-1977, Joseph Ratzinger écrivait :

« j’étais consterné de l’interdiction de l’ancien missel, car cela ne s’était jamais vu dans toute l’histoire de la liturgie », ajoutant plus loin : « je suis convaincu que la crise de l’Église que nous vivons aujourd’hui repose largement sur la désintégration de la liturgie ».

Fort du souci de réparer un acte profond d’injustice et de contribuer à sortir l’Église d’une crise terrible, Benoît XVI a tenté de mener une réforme par le haut qu’il n’a pas su ou pu mener à terme. Peut-être qu’avant de tenter de régler la question liturgique, aurait-il fallu nommer des évêques susceptibles de porter avec lui et dans leurs diocèses les exigences profondes d’une réforme qui aurait pu être une véritable réforme bénédictine : doctrinale, liturgique et spirituelle.

Une restauration ?

Quoi qu’il en soit, son retour à Dieu doit certainement être compris aussi dans le sens de la parole évangélique rappelant que le grain doit mourir pour porter du fruit.

Ce fruit, quel peut-il être ? Dans Entretien sur la foi, le cardinal Ratzinger avait parlé de « restauration », déclenchant d’ailleurs tant de réactions négatives qu’il avait dû s’expliquer. À ce sujet, il avait donné l’exemple de saint Charles Borromée, le grand saint évêque de l’application du concile de Trente.

Il avait souligné également que si l’Église est toujours à réformer (Ecclesia semper reformanda est), cette sentence traditionnelle ne doit être comprise ni dans le sens du protestantisme, qui l’a beaucoup utilisée, ni comme la construction d’une Église humaine :

« Aussi les “réformes”, les “renouveaux” – bien que toujours nécessaires – ne peuvent-ils se réduire à un activisme zélé de notre part pour ériger de nouvelles structures sophistiquées. Le mieux qu’il puisse sortir d’un travail de ce genre est une Église “à nous”, à notre mesure, qui peut être une chose intéressante, mais qui, en soi, n’est pas la véritable Église, celle qui nous soutient par la foi et nous donne vie par le sacrement. »

Génération Benoît XVI : vers une véritable réforme théologique et morale

De ce point de vue, l’une des plus grandes urgences, et l’une des plus difficiles, est d’opérer une véritable réforme théologique et morale consistant à rompre avec une vision démocratique qui a eu tendance à s’instaurer au sein de l’Église, sous prétexte de l’évolution des mentalités et des sociétés.

Vision démocratique qui ne concerne pas d’abord les structures et les modes de relation dans l’Église (moins de « cléricalisme », plus de place des femmes, etc.), mais qui touche plus profondément à ce qu’est la foi : une adhésion à l’enseignement de Dieu qui se révèle dans le Christ, par l’intermédiaire de ses apôtres et de leurs successeurs parlant en vertu de son autorité enseignante (« Qui vous écoute, m’écoute »).

Une restauration en profondeur, qui implique, pour ces derniers, de sortir d’une sorte de nouvel habitus pouvant aller jusqu’au refus de condamner l’erreur et d’exprimer la vérité qu’il faut croire, faute de quoi on fait naufrage dans la foi. Autrement dit, ils devront écarter courageusement la tentation de se conformer au libéralisme ambiant, qui considère tout dogmatisme comme tyrannique pour les consciences modernes : c’est la grande leçon que l’on peut trouver au terme de la dénonciation par Benoît XVI de la « dictature du relativisme ». 

On peut dire que le pape du futur, les évêques, les prêtres qui se consacreront à cette restauration nécessaire, qui ne visera au fond qu’à se réapproprier l’être catholique avec toutes ses conséquences pour faire face aux exigences du moment, seront, en quelque sorte, de la « génération Benoît XVI ».

 

  1. Enquête sur l’Esprit de la liturgie, Éd. de l’Homme Nouveau, 128 p., 19 € (cf. p. 39).

Pour aller plus loin, voir notre dossier Benoît XVI et l’ensemble de nos articles de témoignages et d’hommages.

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran