Guerres carlistes (3/4) : L’unité catholique, véritable « constitution » de l’Espagne

Publié le 25 Oct 2023
carlisme guerres carlistes Espagne catholique

La conversion de Recaredo Ier (559-601), à l'origine de l'unité catholique espagnole. Antonio Muñoz Degraín, 1888, Palais du Sénat, Espagne.

L’unité de la foi catholique dans la communauté politique, contre les principes libéraux constitutionnels, est née avec le premier roi espagnol au VIe siècle. Cette unité est menacée par le libéralisme, depuis le XIXe siècle, parfois contre des autorités ecclésiastiques gagnées à cette doctrine depuis le concile Vatican II.

  L’invocation du nom de Dieu en tête de la triple devise carliste (Dieu, Pays, Roi) ou quadruple (Dios, Patria, fueros, Rey) n’est pas, ou n’est pas seulement, un acte de foi individuel mais plutôt une affirmation politique communautaire. C’est d’abord la reconnaissance que toute civilisation a un fondement religieux et que toute communauté doit être fondée sur la religion. Mais la religion ne doit pas être confondue avec la croyance subjective, elle est ce qui nous unit au vrai Dieu.  

Des valeurs niées

Aujourd’hui, il est admis que chacun peut suivre sa croyance, mais la valeur communautaire, politique et civilisatrice de la religion est niée. Mais bien sûr, Dieu ne gouverne pas directement depuis son trône. Ainsi, si nous appelons théocratie l’imposture consistant à penser que Dieu gouverne personnellement ou même par l’intermédiaire d’un dirigeant qui exprime sa voix, la pensée traditionaliste n’en est pas une. Ni une hiérocratie. Ce n’est pas théocratique parce que les dirigeants doivent obéir à la loi divine positive (révélée par Dieu) et examiner la loi naturelle, qui est une participation de la loi éternelle dans la créature rationnelle. Le gouvernement est donc l’exercice de la prudence et non l’observance mécanique d’ordres supposés de Dieu. Et il ne s’agit pas non plus de hiérocratie, car le clergé n’est pas directement investi du pouvoir dans les affaires temporelles mais plutôt de l’autorité spirituelle dans le dialogue avec le pouvoir. La pensée traditionaliste est donc également loin du droit divin des rois, une doctrine d’origine et de dérivation protestante, selon laquelle l’autorité spirituelle de l’Église est soumise au pouvoir temporel des monarques, comme si Dieu les avait désignés directement par hérédité, tandis que l’autorité du Pape serait médiatisée par l’élection du collège des cardinaux. Le développement de cette doctrine se trouve chez Jacques Ier d’Angleterre, qui radicalisa les positions de Luther et de Calvin. Ceux-ci avaient rendu le domaine du temporel indépendant du spirituel mais, désormais, même ce dernier est soumis au premier. Naturellement, une telle doctrine n’a rien à voir avec la doctrine paulinienne, assumée par l’Église catholique, selon laquelle il n’y a aucune puissance qui…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Miguel Ayuso

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture