Conférences sur Benoît XVI : une théologie qui mène à Dieu

Publié le 14 Sep 2023
Conférences sur Benoît XVI : une théologie qui mène à Dieu

Cardinal puis pape, Benoît XVI témoigna d'une grande unité de foi et d'action.

Un colloque sur Benoit XVI fut organisé en Bavière cet été. Retour sur une théologie toujours actuelle.

  «Sa théologie mène à Dieu »: c’est ainsi que l’abbé Ralph Weimann, professeur de théologie à Rome et organisateur d’un colloque qui a été organisé en août dernier, caractérise la théologie de Benoît XVI. Une expression succincte mais suffisante pour expliquer pourquoi il vaut la peine d’étudier et d’approfondir cette théologie. C’est précisément ce qu’a entrepris l’association « Fundatio Christiana Virtus » lors d’un premier colloque qui a réuni du 20 au 25 août dernier une centaine de participants dans le petit village de Balderschwang, en Bavière, sur le thème: « La signification permanente de la théologie de Benoît XVI ». Un plus large auditoire a pu profiter des conférences grâce à la radio catholique de langue allemande Horeb, Radio Maria et la chaîne de télévision américaine Eternal Word Television Network (EWTN).   Le colloque était présidé par le cardinal suisse Kurt Koch, président du Dicastère pour la Promotion de l’unité des chrétiens. Les quatre journées furent consacrées à la Révélation, la liturgie, la Rédemption et la Vierge Marie dans la théologie de Joseph Ratzinger/Benoît XVI: un programme ambitieux pour lequel les intervenants se sont appuyés non seulement sur ses écrits mais aussi sur son expérience de foi et son témoignage de vie, pour dresser un panorama de la doctrine catholique.    

Ecriture et tradition

L’actualité de la pensée de Joseph Ratzinger est indéniable, en particulier la nécessité de lire le concile Vatican II en accord avec l’Écriture et la Tradition. À ce sujet, en se référant au discours de Benoît XVI à la curie romaine, en 2005, le cardinal Koch a montré que «c’est dans l’interaction entre continuité et discontinuité à différents niveaux que réside la nature de la véritable réforme. L’Église est un sujet qui grandit et se développe avec le temps, mais qui reste toujours elle-même, le Peuple de Dieu comme l’unique sujet sur son chemin»  La pertinence avec laquelle le cardinal Ratzinger a analysé la crise de la foi à l’époque moderne dès ses premiers écrits, et dont il avait prévu l’évolution de manière prophétique, a été mise en évidence à de nombreux moments du colloque. Les conférenciers ne se sont pas contentés d’analyser ce problème, mais ils ont esquissé…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Thierry Blot +

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place