Et Dieu créa la femme…

Publié le 12 Août 2023
femme

À l’instar de l’homme, la femme doit répondre à sa nature pour trouver sa véritable place dans la société, comme dans l’Église. Mère avant tout, de toutes les manières qui puissent être, elle se réalise de manière essentielle dans l’accueil et dans l’offrande : une humilité qui n’a d’égale que la puissance qu’elle peut générer… c’est le grand paradoxe du mystère féminin.   « Et Dieu créa la femme ! » Belle à nulle autre pareille, il la fit. Benjamine de la création, elle en était le chef-d’œuvre. Ravissante. Étincelante. Non pas sculptée dans la glaise, comme Adam, son aîné, mais extraite de sa côte : un lieu cordial, une matière vivante. Le siège de l’amour selon une symbolique classique ! C’est dire sa noblesse. Non pas supérieure, mais différente. Peut-être plus intérieure, plus spirituelle… Par sa beauté, la femme attire. Par sa beauté physique, par sa beauté morale. Quand c’est un reflet de son âme, elle éclaire. Et si elle suscite le désir, elle force le respect. Mais quand sa beauté n’est plus qu’une apparence, elle excite les passions et aveugle l’esprit. D’ailleurs, ne dit-on pas que l’amour est aveugle ? « Sentinelle de l’invisible », selon une formule bien frappée de saint Jean-Paul II (1), la femme est douée pour le cœur à cœur. Elle en devine les secrets intimes et détecte les appels de la charité. Sa grâce, c’est d’aimer. Une grâce propre mais non exclusive. C’est son charme, sa force. Quand elle y consent, elle y excelle, elle en rayonne, faisant vibrer les cordes de son cœur avec dextérité, tant dans ses relations privées que sociales. En effet, elle « est nativement adaptée à l’empathie, à cette sympathie avec l’objet qui n’est concevable que chez un sujet, comme l’est seul le sujet féminin, pour qui l’objet n’apparaît pas d’emblée comme extérieur », pointe l’éminent théologien Louis Bouyer (2). En 1995, le saint pape polonais va jusqu’à parler de « génie féminin » dans sa « Lettre aux femmes ». Mais son amour peut devenir narcissique et tyrannique, l’enfermer et la dessécher. Grisée d’ambition et de performances, la femme est capable d’additionner le pouvoir de séduction au pouvoir d’efficience pour s’auto-réaliser et s’imposer, souvent avec brio mais au risque de sa féminité, voire dans le déni de celle-ci. Ce faisant, elle veut disposer de son corps, de son temps, de sa vie, par une hyper-maîtrise qui écarte l’imprévu, en particulier l’annonce d’une naissance. Ivre d’adrénaline, elle devient sourde à…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maryvonne Gasse

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles