Et puis quoi encore ?

Publié le 21 Déc 2012
Et puis quoi encore ? L'Homme Nouveau

Les socialistes voudraient faire tenir à François Hollande les promesses qu’il n’a pas faites. L’ouverture du « mariage » et de l’adoption aux personnes homosexuelles figurait dans son programme de campagne, la Procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de même sexe n’y était en revanche pas mentionnée. Bon sens ou stratégie électorale ? Libre à chacun de répondre. En attendant, le groupe socialiste s’est prononcé le 19 décembre dernier par 126 voix pour, 61 contre et 9 abstentions, en faveur d’un amendement sur la PMA pour les couples de femmes mariées, qui devrait figurer dans le projet de loi qui sera discuté le 29 janvier à l’Assemblée nationale. 27 députés socialistes s’y sont opposés, dénonçant le détournement de la PMA, prévue pour pallier l’impossibilité pour les couples d’avoir un enfant quand l’un des deux conjoints est stérile. Pour les couples de même sexe, il ne s’agit pas de stérilité mais d’infécondité, due non pas à une maladie ou une malformation mais bien à la nature du couple elle-même.
Le médecin et député socialiste Jean-Marie Le Guen explique à juste titre qu’« il n’existe pas de droit à l’enfant, ni pour les homosexuels ni pour les hétérosexuels ». Il ajoute que « le recours à l’AMP sans raison médicale soulève la question de la rupture du lien entre sexualité et procréation et celle de l’utilisation de la médecine pour assouvir un désir ».
Mais n’est-ce pas un peu tard pour dénoncer le droit à l’enfant et la rupture du lien entre sexualité et procréation ? La machine s’est déjà mise en branle depuis bien longtemps, depuis le développement de la contraception et de l’avortement.
Conscients aussi que la question des mères porteuses est encore bien loin de recueillir les suffrages de la majorité des Français, les socialistes proposent dans ledit amendement l’ouverture de la PMA aux seuls couples de femmes. Car pour les couples d’hommes pour qui la PMA est techniquement impossible (que Dame Nature est injuste !), le recours aux mères porteuses est bien la seule alternative à l’adoption. D’ici là que les médias fassent leur travail de propagande pour faire oublier aux français l’horreur que représente l’instrumentalisation du corps d’autrui, une inégalité sera créée entre couples de femmes et couples d’hommes. Inégalité qu’il faudra bien sûr pourfendre au nom de l’égalité. Et le tour sera joué.
Les hétérosexuels ont droit au mariage… Pourquoi pas les couples homosexuels ?
Les couples hétérosexuels peuvent adopter … Pourquoi pas les couples homosexuels ?
Les couples lesbiens peuvent adopter mais aussi avoir un enfant issu à 50% des gamètes de l’un des partenaires… Pourquoi pas les couples homosexuels masculins ?
Les couples hétérosexuels peuvent se marier… Pourquoi pas ma grand-mère et son arrière-petit-neveu ?

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement