50 ans de résistance à l’avortement (1/3) : Faut-il encore manifester pour la vie ?

Publié le 03 Avr 2024
marche pour la vie
Michel Janva, l’un des fondateurs et rédacteurs du « Salon beige », réagit à l’article de Thomas Lassernat (HN n° 1803). Il répond aux objections les plus courantes à la tenue annuelle de la Marche pour la Vie en montrant ses effets face aux consciences et à l’hostilité des médias.

 

S’il peut être utile de s’interroger parfois sur les méthodes du combat pour la vie, Thomas Lassernat remet en cause dans L’Homme Nouveau l’intérêt même de la Marche pour la vie :

« Ce combat ne s’est-il pas finalement cloisonné à traiter les effets sans remonter aux causes ? La cause première de l’IVG c’est le Système lui-même. Un Système oligarchique et mondialiste, coercitif, basé sur une échelle de valeurs autoproclamée, aux mains d’apostats idéologues et individualistes. »

 

Une critique stérile

Comment l’auteur compte-t-il s’attaquer à ce « Système oligarchique et mondialiste » ? Nous ne le saurons pas. Il se contente d’une critique stérile :

« Paradoxalement les luttes pro-vie n’auront fait que renforcer le système. Le militantisme de rue en lui-même devrait poser question. N’est-ce pas un dernier créneau laissé aux citoyens dans le but de les canaliser ? […] Prendre un créneau dans la rue entre une manifestation LGBT et un rassemblement syndicaliste, c’est accepter et participer à ce Système. C’est le nourrir. »

Contrairement à ce que l’auteur de cet article croit, la Marche pour la Vie est une manifestation utile et nos opposants, loin de nous « canaliser », souhaitent qu’elle disparaisse, car elle est comme cette petite voix de la conscience qui rappelle que l’avortement est un mal, et la jeunesse des participants les inquiète pour l’avenir.

Passons en revue quelques objections récurrentes contre cette manifestation.

  • « Ce serait plus utile d’aider les femmes enceintes que de manifester »

Cette objection est plus souvent un sophisme qu’un argument sincère – elle est pratiquement toujours émise par des personnes qui ne manifestent pas… mais n’aident pas non plus les femmes enceintes. Si la question se posait dans les termes : « vous pouvez soit manifester, soit aider les femmes enceintes », on devrait convenir que oui, il vaut mieux aider les femmes enceintes. Mais la question ne se pose pas dans ces termes……

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Michel Janva

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage