Le G7 lance une déclaration de guerre diplomatique et économique à la Chine

Publié le 25 Mai 2023
G7
Du 19 au 21 mai derniers, les États du G7 se sont réunis à Hiroshima. Analyse.

Font partie de ce groupe les sept pays « industrialisés et démocratiques » les plus riches. C’est-à-dire l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne et la France pour l’Europe, les États-Unis, le Canada et le Japon pour le reste du monde. Emmanuel Macron y participait avec les autres chefs d’État. Les deux plus hautes autorités de l’Union européenne, Ursula von der Leyen et Charles Michel, étaient aussi présents. Le G7, c’est un peu le club des « futurs anciens pays les plus riches de la planète ». D’abord parce que face à la Chine nos PIB croissent moins vite et sont même ridicules comparés au sien. Ensuite parce que même l’Inde dépasse la France, l’Italie et le Canada en termes de poids économique.  Mis à part le Japon, néanmoins un allié très proche des États-Unis, le G7 est surtout le club restreint des pays membres de l’Otan les plus riches. Naturellement, il apparaît donc comme le porte-voix des pays coalisés de l’Occident.   Son communiqué commun, traduit en français sur le site de l’Élysée, représente une somme de 41 pages. De quoi en décourager plus d’un. Il est d’ailleurs écrit dans un style abscons et confus, dans la langue de bois dont se délectent nos dirigeants politiques, et ampoulé de grands principes réduits à l’état de bonnes intentions.   S’y trouvent mêlés les thèmes auxquels nos États promettent de se consacrer, sans jamais rien faire ou seulement trop peu, depuis au moins trente ans : le développement des pays en difficulté, principalement en Afrique, la santé des plus défavorisés, les migrations internationales et, nouvelle marotte, l’intelligence artificielle.   Sans oublier « la lutte contre la crise climatique » et « la transition énergétique », les nouveaux habits de l’écologie. Il faut dire qu’à force de semer la panique sur ce thème, nos gouvernants vont bien être obligés de faire quelque chose.   Le bilan de cette épître serait bien maigre s’il se limitait à cette enfilade de banalités. Mais, heureusement, les méchantes dictatures sont là pour relever la sauce ! Certes, elles savent elles aussi pimenter les événements : la Russie en Ukraine, le Soudan, le Yémen, la Syrie et l’Afghanistan sont autant d’occasions pour nos bonnes consciences dirigeantes de donner des leçons.  

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche