Goum : un sport extrême…

Publié le 22 Juil 2023
goum

À l’abri des modes de masse, le goumier avance, quelles que soient la météo ou les circonstances du moment, cherchant à entrer dans l’espace temps divin. Pour cela, il lui faudra reprendre chaque année son chemin.   La richesse de notre communauté tient, certes, à la valeur de ses composants, mais aussi à leur diversité. Et pourtant… et pourtant, quand on les observe bien ces vieux Goumiers, lorsqu’ils marchent à la tête de leur petite tribu dans le désert, on ne peut pas ne pas voir qu’ils se ressemblent étrangement ! Ils ont, en effet, au moins deux traits en communs : ils ont tous l’esprit, le cœur et les gestes d’un « humble serviteur » en même temps que l’allure, le cœur et l’esprit d’un « grand chef ». À les voir, on finit même par se demander si la dominante, dans la personnalité d’un Lanceur de raid, n’est pas, justement, cette alliance de grandeur et… d’humilité ? Pour un Goumier initié, les « gestes d’humble serviteur » trouvent leur « modèle opérationnel » dans les gestes du Christ lavant les pieds de ses apôtres. C’est l’une des images clés de l’Évangile. Si bien que nul, chez nous, ne s’étonne de voir le Padre ou le vieux Goumier à genoux devant l’un ou l’autre des jeunes pour lui cirer les godasses. Pas plus qu’on n’est surpris, après vingt-cinq bons kilomètres de petits sentiers malaisés, de voir l’un ou l’autre des vieux Goumiers rester debout ou partir, sans se presser, chercher du bois pendant que tout le monde… s’écroule. De même, aux premières lueurs de l’aube, on trouve tout naturel, en se réveillant, de voir briller une belle grande flamme au cœur du bivouac ! Et qu’on n’aille surtout pas croire que les vieux Goumiers font ça pour donner… le bon exemple. Ils ont, d’ailleurs, mille autres gestes du même genre. Servir les autres à tout instant leur plaît. Ils aiment ça ! Il paraît que, lorsqu’on a médité le lavement des pieds, ça ne fatigue pas. En tout cas, ça crève les yeux : ils se veulent proches, très proches de ceux qu’ils ont entraînés dans le désert. Et ils le sont… au naturel. Mais, curieusement, cette proximité attentive des vieux Goumiers à leurs ouailles ne les empêche en aucune manière de se comporter comme des… grands chefs (!), c’est-à-dire comme des êtres un peu distants, quasi aériens, presque… étrangers au groupe qu’ils pilotent. (…)…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Michel Menu

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc