Emmanuel Macron en Inde : l’attraction-répulsion

Publié le 05 Fév 2024
Inde Narendra Modi Emmanuel Macron

Narendra Modi et Emmanuel Macron, 10 mars 2018. © Prime Minister's Office (GODL-India), GODL-India

Emmanuel Macron était l’invité de l’Inde pour la fête nationale de l’Union indienne, les 25 et 26 janvier 2024. L’Inde est pourtant connue comme un pays méprisant les valeurs occidentales, réprimant les chrétiens et tous ceux qui en pointeraient les dérives.

  Emmanuel Macron a effectué une visite en Inde, les 25 et 26 janvier derniers, à l’invitation du Premier ministre Narendra Modi. En tant qu’invité d’honneur, il a assisté à la 75e fête nationale de l’Union indienne. En particulier au défilé auquel participaient des militaires français accompagnés de trois de nos aéronefs de combat.  Certes, Narendra Modi rendait la politesse au Français qui l’avait fait assister, avec la participation de soldats indiens, au défilé du 14 Juillet à Paris en 2023. Néanmoins, le président Macron faisait un peu figure de pâle remplaçant quand on sait que, pressenti pour tenir la place d’invité d’honneur, Joe Biden a décliné l’offre. Le président américain accuse les services secrets de Modi de la tentative d’assassinat d’un militant séparatiste indien sikh sur le sol des États-Unis.  La présence d’Emmanuel Macron et l’absence de son homologue américain mettent en valeur l’attraction-répulsion que l’Inde suscite en Occident. Attraction en raison de son importance stratégique, répulsion à cause du mépris affiché par Narendra Modi à l’égard des grands principes célébrés chez nous avec emphase.   

Répression et contrôle de la presse

La presse française, généralement assez discrète sur ce thème quand il s’agit de l’Inde, est montée récemment au créneau en raison de la menace d’expulsion qui pèse sur l’une de nos consœurs, Vanessa Dougnac, correspondante du Point et de La Croix, qui s’est vu retirer son autorisation de travailler.  Officiellement, l’administration indienne reproche à la journaliste française des reportages « malveillants » et « critiques dans la mesure où ils créent une perception négative et biaisée de l’Inde ». On reconnaît la rhétorique des tyrannies à l’égard de ceux qui parlent de leurs dérives.  Or, outre la prise de contrôle de la presse locale par des financiers amis du premier ministre indien, on assiste en Inde à la régression de la liberté d’expression des journalistes. Autre problème grave, qui n’aura pas échappé à Vanessa Dougnac, les minorités religieuses y sont opprimées. Les musulmans d’abord, représentant 14 % de la population avec 200 millions d’âmes.   

Persécution des chrétiens

Mais aussi et plus souvent les chrétiens dont le nombre réduit, quelque…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseChrétiens dans le monde

Construire son église, le projet audacieux d’une paroisse gabonaise

Initiatives chrétiennes | Le village de Bissobilam, au Gabon, se lance dans la construction d’une église. Portée par les jeunes paroissiens et soutenue par les prêtres du Christ Roi (ICRSP), l’initiative souligne les liens privilégiés du pays avec l’Institut, qui dessert depuis vingt ans une grande paroisse à Libreville et s’est vu confier cette région par l’archevêque il y a une dizaine d’années. Retour sur un défi enthousiasmant. Entretien avec le chanoine Bertrand Bergerot, curé de la paroisse Notre-Dame de Lourdes à Libreville. 

+

gabon église
International

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
EgliseChrétiens dans le monde

Le problème fondamental de l’Église en Chine : la liberté 

Le 21 mai dernier s’est tenue à Rome une conférence internationale intitulée « 100 ans après le Concile pour la Chine : entre l’histoire et le présent », organisée par l’Université pontificale urbanienne en collaboration avec l’agence de presse Fides et la Commission pastorale pour la Chine. Cette grande conférence a réuni, pour la première fois au Vatican, des autorités de l’Église et des représentants officiels de la République populaire de Chine.

+

concile chine
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration