L’authentique esprit ecclésial

Publié le 10 Jan 2023
esprit

Il y aurait tant à dire sur le bien-aimé Benoît XVI, dont l’intelligence de notre foi n’avait d’égale que la piété. Il suffit d’ouvrir un de ses livres pour que des portes s’ouvrent et pour que la charité se fasse créative parce qu’elle s’y enracine dans la vérité. Mais c’est un témoignage sur ce qu’il représente pour moi qui m’est demandé. Je pourrais bien sûr évoquer l’Orient chrétien, ou l’engagement pour l’œcuménisme des martyrs du défunt pape, mais c’est le souvenir de ses paroles d’avril 2009 (1) qui me sont montées au cœur quand j’ai appris son décès, tant elles ont été et demeurent lumineuses et nourrissantes pour le franciscain (séculier) que je suis et, je le crois, pour tous dans notre relation à l’Église et au successeur de saint Pierre. Benoît XVI : « Une réflexion naît spontanément : François aurait pu ne pas venir auprès du Pape. De nombreux groupes et mouvements religieux se formaient à l’époque, et certains d’entre eux s’opposaient à l’Église comme institution, ou tout au moins ne cherchaient pas son approbation. Une attitude polémique envers la hiérarchie aurait sûrement procuré à François de nombreux disciples. Au contraire, il a tout de suite pensé à mettre son chemin et celui de ses compagnons entre les mains de l’évêque de Rome, le successeur de Pierre. Cela révèle son authentique esprit ecclésial. Le petit “nous” qui avait commencé avec ses premiers frères, il l’a conçu dès le début à l’intérieur du grand “nous” de l’Église une et universelle. Et le Pape a reconnu et apprécié cela. Le Pape aussi, en effet, aurait pu pour sa part ne pas approuver le projet de vie de François. Et nous pouvons même bien imaginer que, parmi les collaborateurs d’Innocent III, quelqu’un l’ait conseillé dans ce sens […] Au contraire, le souverain pontife […] a su discerner l’initiative de l’Esprit Saint et il a accueilli, béni et encouragé la communauté naissante des “frères mineurs”… »   1. À l’occasion du VIIIe centenaire de la première rencontre de François d’Assise avec le pape Innocent III et de l’approbation de la Règle qu’il lui présenta.

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Didier Rance

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien