Travail 1/4: Le sens chrétien du travail 

Publié le 17 Jan 2023

Travail, un mot dont la conception juive et grecque diverge, dont le sens est double, déformé par l’époque moderne, rattaché à différentes notions de l’homme et de sa réalisation, dont l’aboutissement peut être abrutissement ou accomplissement… Voyage historico-philosophique pour comprendre de quoi il s’agit. Faut-il se libérer du travail ou se libérer par le travail ? Le cycle « métro-boulot-dodo » nous ramène douloureusement au mythe de Sisyphe. Le travailleur du XXIe siècle a souvent la sensation de remonter la pente en poussant son rocher du lundi au vendredi, et de la dévaler joyeusement en fin de semaine. Les Grecs proposent de nous libérer du travail, car cette activité avilissante nous courbe vers la terre à labourer, là où nos pensées devraient s’élever vers le ciel des Idées. Activité commune à l’homme et à l’animal de trait, le travail ne révèle pas ce que nous avons de spécifiquement humain. Pour accomplir sa nature rationnelle, l’homme doit précisément se libérer du travail pour s’adonner aux activités vraiment dignes de l’homme, la politique et la contemplation. Pourtant, les personnes sans emploi aujourd’hui font l’expérience douloureuse d’une estime de soi abîmée, d’une confiance dégradée, parfois de relations sociales affaiblies. Notre conception du travail est donc ambivalente. C’est qu’elle est aussi héritière de la tradition juive. Dans la Bible, Dieu travaille les mains dans la terre, comme un potier. Cette métaphore du potier serait impensable chez les Grecs pour qui Dieu ne se salit pas les mains en créant mais délègue à un démiurge le soin de configurer les choses matérielles. Imitation de Dieu, le travail est aussi mission divine dans la tradition juive, car Dieu place l’homme au centre du jardin pour qu’il y fasse œuvre. Le français n’a pas conservé dans son vocabulaire la trace de cette ambivalence du travail, car le verbe « ouvrer » est tombé en désuétude. Le latin distingue opus et labor, l’anglais work et labor. L’analyse de la philosophe Hannah Arendt se fait l’écho de cette distinction qui est accrue par l’industrialisation. Pour elle, le travail (labor) désigne cette activité asservissante qui a pour but de permettre la reproduction des conditions d’existence : je travaille pour me nourrir pour travailler pour me nourrir… En revanche, l’œuvre (work) désigne cette production d’une chose qui dure après l’homme, qui sort du cercle de Sisyphe, et qui permet à l’homme de s’accomplir. Il y aurait donc une part du travail avilissante et l’autre qui permet de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Bernard Guéry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création