Les portraits princiers de Rubens

Publié le 28 Oct 2017
Les portraits princiers de Rubens L'Homme Nouveau

Au Musée du Luxembourg à Paris, est présentée une exposition consacrée aux portraits princiers réalisés par Pierre Paul Rubens (1577-1640). Elle souligne le rôle important de la reine Marie de Médicis (1573-1642), veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII, qui commanda tant d’œuvres à ce peintre prestigieux dont un ensemble de toiles monumentales illustrant sa vie (aujourd’hui au musée du Louvre). Le parcours de l’exposition s’ouvre avec une peinture du XIXe siècle où l’on voit Rubens en train de peindre pour cette reine.

Rien ne prédestinait ce fils de juriste, né en Wesphalie (son père anversois avait dû s’exiler), à devenir peintre. Après le décès de son père, il revient à Anvers avec sa mère et devient page chez une comtesse. Dès 1591, il se forme dans différents ateliers tandis que parallèlement il reçoit une bonne éducation qui lui permettra d’utiliser ses dons de diplomate. Séjournant en Italie entre 1600 et 1608, il a pour mécène Vincent de Gonzague, duc de Mantoue et réalise des portraits des membres de cette famille (Ferdinand de Gonzague). Il y étudie les œuvres des artistes du passé (antiques et plus récents dont Titien). Retournant à Anvers, il devient le peintre attitré des souverains des Pays-Bas espagnols. En 1616, le jeune et brillant Anton Van Dyck (1599-1641) rejoint son atelier. Et il est parfois difficile de distinguer ce qui est de sa main ou de celle de son maître.

En 1621, Rubens est invité par Richelieu à venir travailler en France pour la reine. Il réalise alors une série de portraits de Louis XIII, Anne d’Autriche et de Marie de Médicis. Une modeste huile sur papier collé sur bois (1622), aujourd’hui conservée à Melbourne, montre le visage du jeune roi, émouvant de véracité. C’est le seul portrait dont on est sûr qu’il ait été exécuté face au modèle, pratique rarissime à l’époque. Une toile inachevée dont le peintre ne se sépara jamais, représentant Marie de Médicis, reine mère de France (1622, Prado), manifeste son talent inouï jusque dans les moindres détails : splendeurs des noirs de la robe de la reine !

Le parcours s’achève avec le beau visage du maître, un Autoportrait (1623, Londres), où richement vêtu, il a davantage l’allure d’un diplomate que d’un peintre.

Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : 01 40 13 62 00. Jusqu’au 14 janvier 2018. Du lundi au dimanche de 10h30 à 19h (18h les 24 et 31 déc.), nocturne vendredi jusqu’à 22h, nocturnes supplémentaires jusqu’à 22h les lundis du 13 nov. au 18 déc. Fermeture le 25 déc.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres récit
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten